Réservé aux abonnés

Peut-on être pasteur et sadomaso?

Le procès en cours d’un pasteur vaudois jugé par la justice neuchâteloise pour des relations sexuelles de type sadomasochiste avec un mineur pose la question de l’incompatibilité morale de sa mission pastorale avec de telles pratiques.
04 oct. 2019, 12:00
L'Eglise vaudoise a demandé au pasteur de démissionner mais lui a confié par la suite un mandat de consultant.

Peut-on être à la fois pasteur en activité et adepte de relations sadomasos où la domination et l’humiliation représentent des sources de plaisir sexuel? La question se pose en marge du procès, devant la justice neuchâteloise, d’un pasteur vaudois poursuivi pour actes d’ordre sexuel avec un enfant.

A lire aussi: Les relations sadomasos du pasteur avec un jeune Neuchâtelois

Le pasteur en question, qui reconnaît rechercher des relations sadomasochistes sur des sites spécialisés, clame son innocence e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois