Réservé aux abonnés

Sauver des vies, une priorité

Le Conseil fédéral veut faciliter le don d’organes grâce au modèle du consentement présumé.
14 sept. 2019, 00:01
ZUR ORGANSPENDEN-DEBATTE IM STAENDERAT STELLEN WIR IHNEN FOLGENDES THEMENBILD ZUR VERFUEGUNG - Ein Koordinator traegt eine Kuehlbox mit einem Kinderherz. Das Herz soll im Kinderspital Zuerich einem 7-jaehrigen Kind einoperiert werden. Aufgenommen im August 2011 in Frankreich. (KEYSTONE/Gaetan Bally) (Angaben zu Namen und Ort auf der Kuehlbox wurden unkenntlich gemacht)  SCHWEIZ STAENDERAT ORGANSPENDE

Malgré d’innombrables campagnes de sensibilisation, la Suisse reste toujours à la traîne en matière de don d’organes. Après un décès, lorsque l’équipe médicale s’enquiert de la possibilité de prélever un organe auprès des proches, le taux de refus est de 60 pour cent. «C’est deux fois plus que la moyenne des pays européens», a déploré, hier, le chef du Département de l’intérieur, Alain Berset.

Cette situation a un prix élevé en termes de vies humaines. L’an dernier, 68 personnes en liste d’attente sont décédées avant d’avoir pu être opérées. Pour le Conseil fédéral, la solution réside dans l’in...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois