Prince a clos le Montreux Jazz Festival en beauté

02 août 2015, 18:44

Epoustouflant, Prince a mis le bouquet final  samedi à la 43ème édition du Montreux Jazz Festival. Devant des salles combles, le Kid de Minneapolis de 51 ans a montré son énergie et livré toute l'étendue de son talent lors des deux concerts.

Accompagné par Morris Hayes (claviers), Rhonda Smith (basse), Renato Neto (claviers) et John Blackwell (percussions), la star américaine a conquis plus de 4000 fans à chacune de ses apparitions.

Après une bonne demi-heure d'attente, enfin: «My name is Prince». Et Prince Rogers Nelson de son vrai nom, tout de rouge vêtu, enflamme avec sa voix, parfois suraiguë, et ses riffs de guitare la salle de l'auditorium Stravinski, dont les photographes avaient été interdits.

Chaud, chaud

Après être resté un moment en retrait, il se lâche. Solos de guitare, appel au public à participer, l'atmosphère a vite chauffé à Montreux. Si la star est bien omniprésente, elle laisse aussi la place aux autres musiciens qui dialoguent.

Le public ne se contente pas de battre des mains, mais chante avec. Funk, mais aussi et surtout jazz, peu de tubes, des morceaux lents, le public apprécie même si la tonalité générale peut en surprendre certains. Après une heure et demie, et des bis comme «Insatiable», «Scandalous» et «Noting compares 2 you», le concert se termine malgré les applaudissements et sifflets pour faire revenir l'artiste.

Détour par Lausanne

Prince avait déjà galvanisé 4500 personnes lors d'un concert donné en 2007 à Montreux. Le directeur du festival Claude Nobs a négocié la venue de la star depuis début avril.

Avec son retour sur les bords du Léman pour deux concerts exclusifs, le festival a réussi un retentissant coup médiatique. Les amateurs ont déboursé 195 francs (debout) ou 480 francs (assis). La presse rapporte qu'il a passé la soirée de vendredi à Lausanne.

Musicien surdoué et autodidacte, Prince a publié une quarantaine d'albums sous son nom ou divers pseudonymes. Capable de jouer d'une vingtaine d'instruments, il passe pour avoir vendu près de 100 millions d'albums. Artiste perfectionniste, il exerce un contrôle total sur son art. Depuis une quinzaine d'années, il produit ses albums de façon indépendante.

Edition «exceptionnelle»

Pour les organisateurs, le bilan de la 43ème édition était déjà  «exceptionnel» vendredi soir, avant le feu d'artifice final et une soirée à la météo plus clémente. La fréquentation générale avait atteint 230'000 personnes et le chiffre d'affaires dépassé de 10% celui obtenu l'an dernier, qui était déjà une année record.

Seule contrariété, Claude Nobs n'accepte toujours pas l'attitude du canton de Vaud vis-à-vis du festival. Très fâché, le directeur de la manifestation veut «une aide substantielle» l'année prochaine en regard de tout ce qui est fait pour la culture, en particulier par la Fondation Montreux Jazz 2. La 44ème édition se déroulera du 2 au 17 juillet 2010. /ats

Pluie et froid à Berne, Avenches et Fribourg

Le 26e festival bernois du Gurten a subi de plein fouet les orages de vendredi et la chute des températures durant le week-end. Mais le public était au rendez-vous, avec 13'000 personnes jeudi et 16'000 pour les soirées de vendredi à dimanche, qui se jouaient à guichets fermés.

Cette édition devrait donc afficher des chiffres noirs et s'inscrire comme une des meilleures de ces dernières années, ont indiqué dimanche les organisateurs devant la presse. Au total, quelque 75'000 personnes se sont rendues sur la colline surplombant la capitale fédérale pour assister aux concerts de 53 groupes sur trois scènes.

Soirée annulée

Le festival d'Avenches (VD) a lui été contraint d'annuler vendredi soir la septième et dernière représentation de «Don Giovanni» de Mozart en raison du mauvais temps. Au total, 32'000 billets ont été vendus, alors que 34'000 étaient nécessaires pour équilibrer les comptes.

«Nous avons manqué de peu notre objectif financier», a dit à l'ATS Michel Doleires, membre du comité d'organisation. Les comptes ne sont toutefois pas encore bouclés et il est toujours envisageable d'éviter un déficit, a-t-il précisé. Sur le plan artistique, Michel Dolereis se réjouit d'avoir pu attirer un nombreux public avec une représentation pourtant jugée «audacieuse».

Jazz parade

A Fribourg, la 21e édition de la Jazz Parade a également souffert du froid et du mauvais temps. L'organisateur Jean-Claude Henguely annonce 20'000 entrées payantes, 7000 de moins que l'an dernier. Ils n'étaient que 265 vendredi soir malgré l'affiche alléchante, se désole le directeur et fondateur de la manifestation.

S'y ajoutent 14'000 personnes venues aux concerts gratuits d'avant 19h00, selon Jean-Claude Henguely, qui prévoit une perte de 70'000 francs environ sur un budget de 1,3 million. Côté musical en revanche, la satisfaction est de mise. La prochaine édition est d'ores et déjà agendée du 1er au 17 juillet 2010. /ats