Réservé aux abonnés

Pas de bouleversement en vue

Même si elle risque de perdre un siège, l’UDC restera sans doute le principal parti de la délégation bernoise au National. Son sortant Manfred Bühler devrait être le seul élu francophone.
03 oct. 2019, 00:01
DATA_ART_13108797

Les places seront chères, le 20 octobre, dans le canton de Berne. D’une part, parce qu’en raison de l’évolution démographique, celui-ci n’enverra plus que 24 représentants au Conseil national. Et d’autre part, parce qu’il y a pléthore de candidats – pas moins de 651, soit 84 de plus qu’en 2015.

Actuellement, l’UDC est la première force politique, avec neuf élus. Suivent le PS (six), le PBD (trois), le PLR, les Verts et les Vert’libéraux (deux chacun), et, finalement, le PEV (un). Cet automne, seuls trois parlementaires ne briguent pas de nouveau mandat: Adrian Amstutz (UDC), Margret K...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois