Réservé aux abonnés

"Ne cédons pas à la panique"

Un comité interpartis dénonce le caractère excessif de l'initiative de la Marche blanche. Il est rejoint par le psychologue Philipp Jaffé. Interview.
07 août 2015, 13:36
data_art_7962818.jpg

Les adversaires de l'initiative "pour que des pédophiles ne travaillent plus avec des enfants" ont tardé à se mobiliser.

D'aucuns y ont vu la peur de s'engager pour une cause jugée perdue d'avance. Pourtant, 106 parlementaires provenant de tous les partis, exception faite de l'UDC et du PBD, se sont ralliés au comité du non qui a présenté hier ses arguments à la presse.

L'initiative est à leurs yeux superflue et disproportionnée. Même la Fondation suisse pour la protection des enfants juge plus adéquat le contre-projet indirect qui vient d'être adopté par le Parlement.

Le praticien Philipp...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois