Fausses montres détruites à Berne

29 oct. 2010, 09:01

Plate-forme de lutte contre la contrefaçon et le piratage, l'association Stop Piracy, a lancé hier sa nouvelle campagne «Stop à la piraterie» par une opération spectaculaire. Sur le tarmac de l'aéroport de Berne-Belp, un rouleau compresseur a écrasé plusieurs centaines de contrefaçons horlogères saisies ces derniers temps en Suisse. Dans la matinée, plus de 7000 montres copiées, des CD et DVD pirates, ainsi que de faux médicaments avaient déjà été détruits dans une entreprise spécialisée.

L'occasion pour Anastasia Li-Treyer, présidente de Stop Piracy, de rappeler que «la contrefaçon n'est pas seulement illégale, mais elle est également dangereuse car elle pénalise l'économie et est souvent liée à des organisations criminelles qui agissent sans scrupule, intéressées uniquement par le profit à court terme». Et si l'industrie du luxe reste la cible privilégiée des contrefacteurs, tous les secteurs de l'économie sont touchés.

A en croire les données de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), le commerce de la contrefaçon et de la piraterie dans le monde génère un chiffre d'affaires qui frise les 250 milliards de dollars par an. Selon Stop Piracy, un Européen sur quatre achèterait des contrefaçons, et 60% des acheteurs le feraient tout à fait sciemment. C'est justement pour sensibiliser ce public que Stop Piracy lance sa nouvelle campagne qui exhibe un crochet de pirate transperçant des produits contrefaits: montres, médicaments et autres CD. Une manière choc pour illustrer le caractère impitoyable du phénomène. La campagne sera diffusée dans les cinémas, à la télévision, sur internet, sur des affiches et par des annonces dans les journaux.

Responsable du contrôle des médicaments illégaux chez Swissmedic, Ruth Mosimann a souligné à quel point les faux médicaments peuvent être dangereux. Plus de la moitié des médicaments commandés sur internet sont des contrefaçons, a-t-elle affirmé. /pou