Berne: 29 personnes arrêtées lors d'une manifestation antifasciste non autorisée

La police était déployée en nombre dans les rues de Berne vendredi soir. Une manifestation antifasciste non autorisée y était prévue. Il n'y a finalement eu aucun débordement, mais 29 personnes ont été emmenées au poste pour un contrôle.
07 oct. 2017, 11:20
Les débordements attendus n'ont pas eu lieu, seuls des contrôles d'identité ont été effectués par les forces de l'ordre.

La manifestation non autorisée de la gauche alternative n'a pas donné lieu à des affrontements vendredi soir à Berne. Aucun dégât matériel n'est à déplorer. La police a tout de même conduit 29 personnes au poste.

Depuis la fin d'après-midi, des policiers en tenues anti-émeutes effectuaient des contrôles de personnes. Vingt-neuf individus ont été emmenés au poste. Tous ont été relâchés durant la nuit, sauf un qui était recherché, a indiqué samedi la police bernoise dans un communiqué. La police a également saisi des cagoules et des sprays au poivre.

L'important dispositif de sécurité a tué la manifestation dans l'oeuf. "Une manifestation au centre-ville a pu être évitée", écrit la police. Elle précise qu'aucun dégât matériel n'est à déplorer.

L'appel à manifester venait de cercles de la gauche alternative. La date choisie, le 6 octobre, ne devait rien au hasard. Dix ans plus tôt jour pour jour, policiers et autonomes de gauche s'affrontaient en vieille ville.

Les organisateurs considèrent la "stratégie répressive" utilisée à Berne contre des manifestations antifascistes comme "un signal dangereux". Les milieux fascistes, racistes et sexistes se sentent ainsi légitimés, ont-ils fait savoir via les réseaux sociaux.