Première victoire pour la Suisse face à l'Allemagne à Minsk

La Suisse fête son premier succès face à l'Allemagne lors du championnat du monde à Minsk mercredi.
14 mai 2014, 17:55
212321180

La sélection nationale tient sa première victoire dans le tournoi mondial. Les hommes de Sean Simpson ont dominé l'Allemagne 3-2 et se relancent dans la compétition.

Sous pression à la suite de ses trois défaites initiales, la Suisse n'avait pas franchement d'autre alternative qu'une victoire contre l'Allemagne si elle entendait conserver une chance de participer aux quarts de finale du Championnat du monde de Minsk. Heureusement, les leaders du vestiaire - Roman Josi (deux assists) et Damien Brunner (un but/un assist) en tête - se sont levés au bon moment. Loin d'être suffisante, cette victoire permet aujourd'hui à la Suisse de rentrer véritablement dans le tournoi avant les deux échéances capitales de ce week-end face à la Finlande vendredi et au Kazakhstan samedi.

"La réaction me fait plaisir, a lancé Sean Simpson. Ce n'est jamais évident d'affronter l'Allemagne, jamais. Ce sont presque systématiquement des parties serrées. Mais nous avons su trouver des solutions et ce succès porte le sceau de l'effort. Même si nous avons eu par moments des frissons, je crois que la victoire est méritée. Comme l'a dit mon homologue allemand, cette victoire salue les bonnes choses présentées lors des précédentes rencontres depuis le début du Mondial et pas seulement sur ce match."

Le début de la rencontre n'aurait pu être plus poussif. Frileux comme jamais, les hommes de Sean Simpson n'ont rien proposé sur le plan offensif avant la 13e minute et leur premier power-play. Mauvais choix, passes hésitantes puis l'ouverture du score comme un cheveu sur la soupe, parce qu'elle ne récompensait absolument pas l'indigent travail helvétique. Sur une passe de Josi, Brunner a frappé depuis le milieu de la zone de défense allemande. Le puck, freiné par Zepp, a roulé derrière la ligne de but. Mais cet avantage ne durera que cent secondes. Sur un rebond accordé par Berra et une couverture défensive trop lâche de Ramholt, titularisé pour la première fois lors de ce Mondial, Oppenheimer a remis les deux équipes à niveau.

Le second tiers a donné lieu à bien plus d'émotions, parce que la Suisse a commencé à jouer sur ses qualités. A la 21e, Ambühl a manqué son face à face avec Zepp, mais le décor était planté. A la 33e, Cunti est entré dans la zone de défense allemande avant de servir Josi. La star de Nashville a délivré une passe diaboliquement précise à Hollenstein qui a proprement fusillé le cerbère adverse. Mieux dans leurs patins, les Suisses ont semblé retrouver leurs qualités. Et à la 37e, le schéma du 2-1 a presque refait surface pour un copié/collé. Josi a transmis la rondelle à Brunner. Ce dernier a su créer un décalage fatal aux Allemands avant de servir un caviar à Romy. Mais comme un malade qui s'enhardit en voyant que la fièvre est en train de tomber, les Helvètes ont redonné espoir à leurs cousins germaniques 68 secondes avant la deuxième pause. Et c'est une nouvelle fois Oppenheimer qui a puni Berra en profitant d'une mauvaise présence de Romy et d'une estimation trop hasardeuse de Josi.

Pas question pourtant d'accabler le gardien zurichois, auteur d'une très bonne performance. "Il est à la base de notre succès, confie Reto Suri. Nous avons mieux négocié les situations spéciales et lorsque nous avons failli à cinq contre cinq, Berra a su nous maintenir dans la partie. Comme d'habitude, il s'agit d'un travail d'équipe." Forcément nerveux, les joueurs suisses ont en quelque sorte dû réapprendre à gagner. "Si l'on compte les matches de préparation, cela faisait six revers de suite, poursuit l'attaquant de Zoug. On gamberge un peu. Evidemment. Mais cela ne nous a pas empêché de nous jeter pour bloquer des pucks.

La fin de rencontre a donné lieu à quelques situations chaudes devant Berra, mais les Suisses ont su tenir leur os. Et si Froidevaux n'avait pas trouvé la transversale alors que la cage était vide dans les ultimes secondes, imité un peu plus tard par un Allemand, les supporters helvétiques se seraient rongés un ou deux ongles en moins.

Rassurée, l'équipe de Suisse doit désormais préparer une fin de semaine décisive. Vendredi, c'est la Finlande qui se tiendra sur la route des Helvètes, tandis que samedi, ce sont les Kazakhs qui tenteront de grappiller des points, afin de ne pas terminer derniers du groupe et faire l'ascenseur entre le groupe mondial et le groupe A de la division I. "Ce succès n'est qu'un premier pas, conclut Suri. Une bonne base de travail. On sait que l'on doit maintenant battre la Finlande pour accéder aux quarts de finale et que ce ne sera naturellement pas facile."