«Youpi, je suis à la mode», l’air du temps de Catherine Favre

Découvrez la chronique «Air du temps» de Catherine Favre

29 mars 2019, 05:30
AirDutemps-CatherineFavre

Exquise flemmardise, délices et ravissement de la paresse. Céder au plaisir enivrant de l’apathie. Céder à l’envoûtement de la mollesse… si ce n’était cette obstinée page blanche à animer. Alors, on échafaude, on bidouille, on bricole. Si on ne veut pas être larguée, reléguée à l’état de croûtonne, il faut constamment faire les mises à jour de nos applis intellectuelles. Soigner notre fonction «comm». Etre au diapason du langage «d’jeune».

Avant l’argot qui sentait bon le sable chaud, il y eut la jacte des desperados libertaires, le verlan canaille. L’avènement, ensuite, du wesh-wesh beur donnant lieu au slam et au rap des prêcheurs de banlieue. Il y a quelques années, on pouvait encore faire illusion avec le sociolecte-écrit et ses MDR, jt’M, lol… 

Mais ça, c’était avant. Oui, bien avant. En 2019, comment dit-on «à la mode»? «Tendance»? Je sèche. Et l’heure avance. Alors, à la guerre comme à la guerre. Je m’approche d’une jeune collègue branchée, celle qui me taxe en douce de «tradi» (mais on lavera l’affront un autre jour). Bien décidée à lui soutirer l’expression choc qui sauvera cet «Air du temps» de la ringardise, je m’enquiers:

- Toi qui es au top du langage actuel, quel est le contraire de «tradi»? de «démodé»?

Elle réfléchit, consulte son voisin de bureau:

- …Ben… «tendance», «à la mode». J’vois rien d’autre.

A défaut d’une bonne chronique, elle m’a rajeunie de 10 ans!