Neuchâtel milite pour sauver les grands singes

Neuchâtel sera élevée ce week-end au rang de capitale des grands singes. L'Université accueille un festival gratuit entièrement dédié aux primates. Films, débat, émission de radio et conférences données par des scientifiques de toute l'Europe auront pour but d'informer d'une situation dramatique: les primates disparaissent à cause de la déforestation. «Notre comportement de tous les jours a une incidence sur la disparition des grands singes. Lorsqu'on achète de l'huile de palme ou des téléphones portables fabriqués au moyen de certains composants, on contribue directement à l'extinction des primates.»

02 avr. 2008, 12:00

Blaise Mulhauser, conservateur au Muséum d'histoire naturelle de Neuchâtel, ne souhaitait pas s'en tenir à l'exposition «Le propre du singe», visible actuellement dans l'institution du centre-ville.

«Je me suis dit qu'il fallait en faire plus, afin de sensibiliser la population et les politiciens à une situation véritablement dramatique. Si on ne stoppe pas l'exploitation de leur milieu naturel, les orangs-outans de Bornéo et Sumatra auront disparu dans une vingtaine d'années! J'ai alors réalisé que beaucoup de chercheurs étudiaient les primates à l'Université de Neuchâtel. Nous nous sommes rapprochés pour lancer une manifestation.»

Le Muséum et l'Université accueillent donc ce week-end le festival «Sauvons les grands singes», de vendredi à dimanche à l'aula des Jeunes-Rives. Au programme: films, débat, émission de la Radio suisse romande et conférences menées par une douzaine de scientifiques renommés venus de toute l'Europe. «Les spécialistes parleront de l'urgence d'agir et traiteront principalement de la disparition des primates», précise Blaise Mulhauser. Au nombre de ces chercheurs, Emmanuelle Grundmann, de Paris, rappellera que la déforestation est l'une des principales raisons de la disparition des grands singes asiatiques. «Les autorités locales ferment les yeux, quand elles ne participent pas elles-mêmes à l'exploitation du bois.»

Mais le festival décortiquera aussi le comportement des primates: «L'idée est de montrer ce que les grands singes sont capables de faire», indique Redouaun Bshary, de l'Université de Neuchâtel. Le professeur en profitera pour présenter le travail de l'alma mater, puisqu'actuellement, une doctorante et huit étudiants poursuivent des recherches en primatologie. Le festival, gratuit, s'adresse au grand public. / VGI