Trop lente, la communication du site internet du canton?

Sur le site internet de l'Etat, les derniers procès-verbaux qui relatent les débats du Grand Conseil neuchâtelois remontent à septembre 2007. En Suisse romande, aucun autre canton ne connaît un tel retard de publication. Un Landeronnais s'étonne de cette lenteur, qui irait à l'encontre de la nouvelle loi sur la transparence des activités étatiques. Le canton s'explique. Le Service du Grand Conseil neuchâtelois travaille-t-il réellement comme un «escargot»? C'est en tout cas ce que prétend le Landeronnais Roland Perret-Gentil. Dans une lettre de lecteur parue le 15 mars dans nos colonnes, il dénonce le fait que le site internet du canton présente un «gros retard» dans la publication des procès-verbaux des séances du Grand Conseil.

30 mars 2008, 12:00

En effet le dernier procès-verbal mis en ligne date du mois de septembre 2007. «Mais que se disent nos députés lors des sessions? Impossible de le savoir», regrette Roland Perret-Gentil.

«Ironie du sort, les délais de plus en plus grands coïncident avec l'entrée en vigueur de la nouvelle loi sur la transparence des activités étatiques (réd: le 1er octobre 2007). Loi qui stipule notamment que les débats de nos députés doivent être consignés rapidement (réd: art. 12 de la loi) et être accessibles au public.»

Comment expliquer ce décalage? «Il y a effectivement un léger retard dans la publication des procès-verbaux sur le Net, en raison d'un changement de personnel», explique Margarita Viglino, adjointe à la cheffe de service du Grand Conseil.

Elle précise que le travail de procès-verbal est effectué par une seule personne, qu'il «prend du temps» et «qu'il doit être relu par le Conseil d'Etat et adopté par le Grand Conseil avant d'être publié sur le Net». D'où un processus qui prend «au minimum deux mois à deux mois et demi» avant publication.

Mais pourquoi les communes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle, ainsi que tous les autres cantons romands, sans exception, sont-ils plus rapides dans la publication des débats de leur parlement? Une question de moyens en personnel et de procédure, répond Margarita Viglino: «Nous avons pris l'option de ne pas donner un compte-rendu de débats provisoire, comme c'est le cas dans d'autres cantons.»

Elle ajoute que ce «léger retard» de publication n'a «rien à voir avec la transparence». «Les débats du Grand Conseil sont publics, et celui qui le souhaite peut venir écouter les enregistrements à notre bureau. On n'a jamais refusé à quiconque d'écouter une bande!»

Margarita Viglino indique encore que l'Etat publie sur le site www.ne.ch et dans la feuille officielle un PV succinct des débats deux jours après les sessions, mentionnant les objets traités, et les décisions prises par le Parlement neuchâtelois. «Donc, si on veut vraiment savoir ce qu'il s'est passé, il y a moyen!» / VGI