Cinq renforts féminins d'un coup pour Saintimania

Dans exactement une semaine, comédiens, danseurs et musiciens seront sur scène pour la première des six représentations de Saintimania. La 16e édition de la revue imérienne, qui coïncide avec le petit Nouvel-An du FC Saint-Imier, s'intitule «Saintimania, ou la porte des étoiles noires». Reportage en coulisses avec les cinq dernières recrues de la troupe.
08 janv. 2010, 08:26

En manque de comédiens et comédiennes, la troupe de Saintimania a organisé un casting pour recruter de nouveaux éléments. Si les hommes ne se sont pas précipités, cinq jeunes femmes ont réussi leur examen de passage.

Depuis quelques mois, les cinq nouvelles recrues participent avec bonheur à la préparation de ce spectacle pas comme les autres. Miniportraits d'un quintet de charme et de choc composé de sémillantes drôles de dames qui vont chanter, danser et participer aux sketches.

La plus jeune et déjà maman s'appelle Charlotte Morf. Elle est âgée de 19 ans. «J'ai arrêté ma formation d'employée de commerce pour m'occuper de mon enfant. Je suis née à Saint-Imier. Je connais donc Saintimania depuis toute petite.» Passionnée de chant, elle a tout naturellement fait acte de candidature pour intégrer cette troupe de doux dingues.

Infirmière en pédiatrie, Estelle Forest, 25 ans, est arrivée à Saint-Imier il y a trois ans. «Je suis Française et je tiens à m'intégrer dans la région.» Raison pour laquelle, après avoir assisté à quelques représentations de Saintimania elle a décidé de rejoindre le groupe: «Ce sont mes débuts sur scène. Après quelques répétitions, je suis complètement vidée.»

«J'ai fait un peu de théâtre lors de ma neuvième année d'école et depuis j'en rêve.» C'est ainsi que Laetitia Vuille, 22 ans, explique son envie de se retrouver sous les spots de la scène imérienne. «J'ai vu quelques éditions, et maintenant je me lance un défi pour voir ce que je vaux vraiment», raconte encore la jeune stagiaire «dans le domaine de l'éducation de la petite enfance».

Julie Nemitz, 24 ans, a été influencée par le musicien responsable de l'orchestre Saintimania, Pierre Boinay. «J'avais beaucoup entendu parler de ce spectacle, en bien évidemment. Il m'a incitée à faire le pas.» Institutrice à l'école primaire de Saint-Imier, la Miss est aussi chanteuse classique: «Je chante avec un groupe et j'ai quelques projets en solo, mais j'avais envie de changer un peu d'ambiance, de milieu».

Elle est la plus âgée de ce quintet fou. Chef de produit chez Longines, Olivia Jeanrenaud, 28 ans, avoue: «La troupe de Saintimania, ça fait cinq ans qu'elle me fait rêver». Gymnaste depuis son enfance, entraîneur dans un club, elle a enfin trouvé le temps de rejoindre la troupe de ses songes. «Cette année est la bonne. Avant je n'avais pas la disponibilité nécessaire.» /réd

Etabli à Villeret depuis 18 mois, Abdel Kabiri œuvre en coulisses

Licencié en arts plastiques, l'homme a travaillé avec des troupes professionnelles de son pays d'origine, l'Algérie. «C'est incroyable, ces gens qui sacrifient autant de temps pour être sur scène une fois par an.» /réd

Yvan Adatte tient les cordons de la bourse de Saintimania

Le banquier de Mont-Soleil, en poste à La Chaux-de-Fonds, est le grand argentier de la revue. L'homme tient à être informé de tous les mouvements du compte. Le chiffre d'affaires de Saintimania frôle les 100 000 francs. /réd