Réservé aux abonnés

A La Chaux-de-Fonds, la fonderie de cloches Blondeau joue son avenir

Fragilisée depuis des années, la fonderie de cloches Blondeau de La Chaux-de-Fonds subit de plein fouet les effets de la crise et l’annulation de nombreux événements. Son patron se bat pour la sauvegarder.
12 oct. 2020, 19:17 / Màj. le 13 oct. 2020 à 05:30
Serge Huguenin, patron de la fonderie de cloches Blondeau, accompagné par son fils Aloïs (à gauche), destiné à reprendre l'entreprise.

A La Chaux-de-Fonds, il n’y a pas que les montres qui s’exportent. La fonderie de cloches Blondeau envoie ses pièces aux quatre coins du monde. C’est dans cette entreprise familiale que sont fondues, depuis près de quarante ans, les fameuses cloches olympiques qui annoncent aux athlètes le dernier tour de piste.

De nombreuses personnalités ont également reçu ces pièces de cuivre particulières: Jacques Chirac, Adolf Ogi, Sepp Blatter, le pilote automobile Ayrton Senna, le compagnon du «Che» Alberto Gra...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois