Réservé aux abonnés

La violence, vain dernier recours

Un café scientifique s'est penché sur les atteintes portées à l'enfant.
23 janv. 2012, 00:01
data_art_5676896

"Une petite fessée, c'est pas la plus mauvaise manière d'éduquer un enfant" , a déclaré mercredi passé Suzette Sandoz, professeur honoraire de l'Université de Lausanne, en introduction d'un café scientifique, organisé à l'Université de Neuchâtel. Intitulée "L'éducation, source de nos violences?", la rencontre a amené les différents intervenants à s'interroger sur les raisons de la violence à l'égard des enfants e...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois