Les prostituées d'Amsterdam opposées à la fermeture de vitrines

L'annonce de la fermeture de plusieurs célèbres vitrines du "quartier rouge" d'Amsterdam a provoqué la colère des prostituées de la ville.

10 avr. 2015, 08:11
epa04697415 Sex workers and sympathizers demonstrate against the closure of window brothels by the municipality in the red light district in Amsterdm, The Netherlands, 09 April 2015. With 'Project 1012', the Amsterdam wants to close window prostitution to prevent crime, human trafficking and degradation.  EPA/ROBIN VAN LONKHUIJSEN

Plusieurs centaines de prostituées et sympathisants ont protesté jeudi à Amsterdam. Les manifestants ont dénoncé l'intention de la mairie de rénover le "quartier rouge" et d'y fermer nombre de ses célèbres vitrines.

"Environ 250 personnes ont défilé dans le quartier rouge pour protester contre la fermeture des vitrines", a déclaré une porte-parole de la police de la ville, Marjolein Koek. Certaines prostituées portaient des masques afin d'éviter d'être reconnues.

Elles arboraient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "ne nous sauvez pas nous, sauvez nos vitrines" ou "arrêtez de fermer nos vitrines".

La ville d'Amsterdam souhaite fermer une partie des bordels du célèbre quartier, le "Red Light district", afin de lutter contre la criminalité et le trafic d'êtres humains, selon les médias néerlandais. Environ 115 des 500 vitrines du quartier ont d'ailleurs déjà été fermées.

Les prostituées estiment que les projets de la ville les privent d'un lieu de travail sécurisé. "Le sexe est un métier légal aux Pays-Bas et nous avons besoin de soutien, nous voulons être prises au sérieux par les politiciens", a déclaré une porte-parole des prostituées, restée anonyme et citée par l'agence de presse ANP.

Prostitution légalisée

"Nous sommes néanmoins traitées comme des parias et envoyées en dehors du quartier, sans que personne ne nous demande notre avis", a-t-elle ajouté. Pendant la manifestation, de nombreuses vitrines sont restées vides. Une pancarte collée sur une fenêtre accusait le maire de la ville: "Tu nous piques nos jobs!"

Environ 7000 personnes travaillent dans le domaine du sexe tarifé à Amsterdam et 75% d'entre elles proviennent de pays à bas revenus, particulièrement de l'Europe de l'Est, selon la municipalité. La prostitution a été légalisée en 2000 aux Pays-Bas.