Les jurés concluent à l'homicide par négligence

08 avr. 2008, 12:00

Après six mois de travaux, les jurés britanniques appelés à se prononcer sur les causes de la mort de la princesse Diana ont conclu à un homicide par imprudence. Ils ont mis en cause le chauffeur qui était alcoolisé et les paparazzi qui la traquaient. L'accident, selon le jury, «a été causé ou favorisé par la vitesse et le comportement du chauffeur ainsi que la vitesse et le comportement des véhicules suiveurs».

Trois «facteurs» auraient «contribué» au drame: «le fait que le jugement du chauffeur ait été altéré par l'alcool, que Diana ne portait pas de ceinture de sécurité et que la voiture ait percuté un pilier» du tunnel, ont ajouté les jurés de la Haute Cour de Londres. L'accident était survenu à Paris le 31 août 1997: conduite par le Français Henri Paul, la Mercedes transportant la princesse de Galles et son compagnon égyptien Dodi al Fayed s'était écrasée contre un pilier du tunnel de l'Alma.

Ouverte le 2 octobre dernier, la procédure aura permis d'entendre plus de 250 témoins. Le jury a délibéré durant quatre jours. Le juge avait signifié aux six hommes et cinq femmes composant le jury qu'ils ne pouvaient parvenir qu'à cinq conclusions possibles: mort accidentelle, homicide par imprudence du chauffeur, des photographes qui les traquaient, ou des deux à la fois, et, enfin, verdict non concluant. Scott Baker avait spécifiquement exclu la thèse d'une machination de la famille royale, défendue par le milliardaire Mohamed al Fayed, père de Dodi. Ce dernier soutient que le couple a été tué dans le cadre d'un complot ourdi par le prince Philip et mis en ?uvre par les services secrets britanniques, pour éviter que Diana, mère d'un futur roi d'Angleterre, n'épouse un musulman. Il affirme également que Diana était enceinte de son fils.

Les polices française et britannique avaient conclu auparavant que la mort de la princesse de Galles était imputable à un accident de voiture provoqué par la vitesse excessive et la forte alcoolémie d'Henri Paul. Mais, aux termes de la loi britannique, une enquête judiciaire est obligatoire pour établir la cause de toute mort non naturelle. «Je suis déçu», a fait savoir pour sa part Mohamed al Fayed. Le propriétaire du grand magasin Harrods a ajouté: «Personne ne devrait être au-dessus de la loi.» / ats-afp-reuters