La taverne des deux balourds

09 oct. 2010, 11:24

Dans un estaminet de la vieille ville, où l'on sert une excellente brandade de morue, deux joyeux drilles font le spectacle devant le bar. Un peu partis, rien ni personne ne trouve grâce à leurs yeux et ils tiennent à le faire savoir.

Nullement incommodés, les clients indulgents, visiblement en pays connu, sourient gentiment aux cabrioles verbales des deux zouaves en goguette: un petit trapu au visage poupin, dans la quarantaine, et son copain à peine plus grand, bedonnant mais solidement charpenté. L'Afghanistan, Obama, les réserves des assurances, Sarkozy, ils passent tout à la moulinette:

«T'as vu le bouffeur de Roms sur ses talonnettes? Il s'est pris une belle baffe au sommet de Bruxelles, il n'a plus la cote avec sa grosse Rolex... Il a senti le vent tourner, le petit futé a déjà envoyé sa grande bringue de Carla chez Woody Allen tâter le terrain pour la reconversion!»

Volubiles, gesticulants, goguenards, ils commentent à haute voix les images qui défilent sur le poste de télévision accroché au mur. Ponctuant leurs prestations par de longues rasades de bière, à un moment, ils dérapent. Pointant d'un doigt accusateur la présentatrice vedette de la TSR, cabotins, ils se lancent dans une diatribe grossière:

«Bon Dieu, ils leur donnent plus rien à bouffer à la télé. Celle-là, elle est tellement maigre qu'ils ne la sortent que la nuit, de crainte que son cou ridé comme un lézard fasse peur aux petits enfants!»