Initiation à l'effeuillage avec "Magic Mike", le dernier film de Soderbergh

Le cinéaste Steven Soderbergh se pique d'être imprévisible. Film après film, l'Américain aime surprendre. C'est encore le cas avec "Magic Mike", qui débarque sur les écrans neuchâtelois.

15 août 2012, 13:01
Les strip-teaseurs de "Magic Mike" font courir l'Amérique.

Depuis «Sexe, Mensonges et Vidéo», Palme d’or du Festival de Cannes 1989, Steven Soderbergh se plaît à varier les genres: films à petit budget flirtant avec l’expérimental («Bubble»), grosses machines pétries de stars («Ocean’s Eleven»), remakes tortueux («Solaris»)…

"Magic Mike" ne fait pas exception. Ode brillante et décalée au strip-tease masculin, le cinéaste Steven Soderbergh offre un rôle en or à Channing Tatum, nouvelle star d’Hollywood.

S’inspirant du vécu de Tatum - qui fut strip-teaseur avant de brûler les planches -, le cinéaste raconte une tranche de vie, celle de Mike Martingano, couvreur exerçant son métier à Tampa en Floride, et qui consomme les filles à la va comme je te pousse.

Un jour, son employeur lui confie un aide très bien bâti prénommé Adam. Le soir venu, Mike, sans crier gare, entraîne Adam dans une boîte de nuit où ce dernier comprend que son nouvel ami est un célèbre stripteaseur dont les contorsions font se pâmer un parterre de femmes hystériques.

Sous la houlette très dénudée de «Magic Mike», Adam va alors apprendre le métier…