Grèce: deux églises de l'île de Chios se bombardent mutuellement de feux d'artifice

Depuis plus d'une centaine d'années, deux églises orthodoxes de l'île grecque de Chios se bombardent mutuellement, le soir du samedi de Pâques orthodoxe, avec des feux d'artifice faits maison. Spectaculaire!

13 avr. 2015, 15:09
L'église de Panagia Erithiani, cible des fusées de l'église rivale de Agios Markos. Une tradition de 125 ans sur l'île grecque de Chios.

C'est une tradition qui a environ 125 ans et qui nous paraît un brin dangereuse. Ça se passe tous les samedis de Pâques orthodoxe, du côté de Vrontados, sur l'Île grecque de Chios. 

Samedi dernier, donc, comme chaque année, les paroisses rivales de Aghios Markos et de Panghia Erithiani s'affrontent "amicalement" à grands coups de feux d'artifice faits maison. Leur cible? L'église "adverse".

 

Selon le site Globalnews, cette tradition remonte à l'époque où l'île était sous occupation turque. Les préparatifs durent toute l'année, puisque toutes les fusées sont fabriquées par les paroissiens. L'objectif? En tirer davantage que l'adversaire. Le samedi matin, chaque équipe défile dans le village en présentant fièrement ses fusées, précise le Daily Mail. Et le soir, ce sont jusqu'à 100'000 roquettes qui sont lancées. 

L'origine de la tradition pourrait être le rappel du tremblement de terre qui a suivi la résurrection du Christ. D'autres pensent que le bruit émis par les pétards éloigne le diable. 

Le site Greekreporter une septantaine de jeunes sont blessés chaque année dans ces manifestations. En 2011, un enfant de 7 ans a été tué, frappé en pleine tête par un projectile.