Réservé aux abonnés

Fini les vacances avec la voiture de la boîte

22 avr. 2015, 00:01
data_art_9051376.jpg

Le contrôle routier d'un citoyen hongro-guinéen par la police de Székesfehérvár, en Hongrie, vient de prendre une mauvaise tournure pour les frontaliers français en Suisse. Tout ça, parce qu'un contrat sénégalais a mal interprété une certaine "convention d'Istanbul" au sujet de la taxation de véhicules admis temporairement sur territoire européen. Pour comprendre, il faut plonger dans cette anecdote administrative comme Bruxelles en produit de temps à autre.

Le 13 avril 2011, Monsieur Fekete, bi-national hongrois et guinéen, effectue un trajet privé au volant d'une voiture de Guinée Bissau. El...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois