Etats-Unis: le buste du lanceur d'alerte Edward Snowden réclamé par ses auteurs

Le buste d'Edward Snowden, l'homme qui a dévoilé au monde les pratiques intrusives de la NSA, pourrait être exposé prochainement comme une oeuvre d'art. Installé dans un parc de Brooklyn, la statue avait été retirée par les autorités. Ses auteurs la réclament.

15 avr. 2015, 07:26
Les artistes demandent à la ville de New York de leur rendre leur buste de Snowden.

Trois artistes ont demandé mardi à New York que leur soit rendu un buste d'Edward Snowden qu'ils avaient installé la semaine dernière dans un parc. La statue en avait été rapidement retirée par les autorités.

"Nous espérons que la ville de New York restituera la statue, afin qu'elle continue à générer de saines conversations sur les questions centrales à nos libertés", ont fait savoir les trois artistes dans un communiqué, lu par un avocat lors d'une conférence de presse à Brooklyn. Cet avocat, Ronald Kuby, a précisé que les artistes étaient prêts si besoin à se pourvoir en justice.

Ils souhaitent rester anonymes, craignant d'être arrêtés et poursuivis pour l'installation du buste le 6 avril dans le parc de Fort Greene à Brooklyn, a-t-il précisé.

Le buste de 45 kilos avait été rapidement recouvert de plastique bleu pour le cacher au public, puis retiré par des employés du parc. Il avait été installé par les artistes sur une colonne du "Prison Ship Martyrs' Monument", un mémorial en l'honneur de 11'500 prisonniers de guerre américains morts en captivité sur des bateaux britanniques durant la guerre d'indépendance (1775-1783).

 

C'est là qu'a eu lieu mardi la conférence de presse. Ronald Kuby a affirmé que le buste "était une oeuvre d'art de valeur" dont la conception avait pris six mois. Et il a jugé "ironique que la statue d'Edward Snowden soit prise en otage dans la cave d'un commissariat de New York alors qu'il est en exil en Russie".

Volontés d'exposer

Une galerie de Manhattan veut la montrer le mois prochain, dans le cadre d'une exposition sur la surveillance et la vie privée, a affirmé l'avocat. Un autre intervenant, Geoffrey Croft, du groupe NYC Park Advocates, a aussi proposé qu'elle soit exposée dans un parc, dans le cadre d'un programme exposant temporairement des oeuvres d'art dans les parcs new-yorkais.