Réservé aux abonnés

Credit Suisse a espionné deux fois

La grande banque a fait surveiller son ancien directeur des ressources humaines avant de le démettre de ses fonctions.

18 déc. 2019, 00:01
Das Credit Suisse Gebaeude, aufgenommen am Mittwoch, 10. Februar 2016 in Zuerich Oerlikon. (KEYSTONE/Ennio Leanza) SCHWEIZ CREDIT SUISSE

Urs Rohner, président de Credit Suisse, va-t-il répéter ses excuses ou trouvera-t-il d’autres mots? Le 2 octobre dernier, il affirmait que «les mesures de surveillance étaient erronées, disproportionnées et qu’elles ne correspondent pas à la culture de notre banque. Je présente mes excuses», à l’occasion d’une conférence de presse convoquée à la hâte pour expliquer pourquoi Iqbal Khan, ancien patron de la gestion privée, avait fait l’objet, en août, d’une surveillance de la part de détectives diligentés par l’établissement de la Paradeplatz. Un cas isolé, avait-il ajouté ...