Couleurs d'automne à Noël

Le Jérôme Berney Trio sort une «Suite mordorée». Un album fêté, au pied du sapin, samedi à Saignelégier Stéphane Berney, batteur lausannois, aime jouer avec les couleurs, les nuances. La couverture de son troisième album, «Suite mordorée», donne les teintes de la musique du trio: chaleureuses et sensuelles pour du jazz contemporain.
02 août 2015, 00:04

Au téléphone, Jérôme Berney évoque ses tableaux musicaux, lui qui a composé les six pièces de la «Suite». «Je pianote, dit-il modestement. Les morceaux évoluent ensuite durant les concerts. Nous en jouons certains depuis une année. Alors ils mûrissent et prennent de l'ampleur». Les arrangements sont faits avec les deux autres musiciens: le pianiste Emilien Tolck et le contrebassiste Fabien Sevilla.

Comme il joue des baguettes ou des balais, en finesse, Stéphane Berney cherche le sens des mots. «Il y a des types de gammes arabisants dans mes compositions». Et comme, étymologiquement, «mordoré» vient de Maure... «Il y a un motif qui revient dans toute la suite, joué de manière différente». Ces six pièces forment un ensemble. Avec «Spirale /Nougaro», Stéphane Berney rend hommage au chanteur français. «Les dernières mélodies sont inspirées de «Toulouse». A la mort de Nougaro, j'ai écouté ses albums en boucle».

«Session de travail en public»

Distribué par RecRec, son troisième opus sera dans les bacs en janvier. Du 9 au 27 janvier, le trio prend pension à l'Oriental, à Vevey. Avant la résidence sur la Riviera vaudoise, la galette sera étrennée au café du Soleil de Saignelégier, le samedi 23 décembre. Emilien Tolck, enfant du lieu, y avait déjà joué avant Nöel. «L'idée est de faire une session de travail en public». L'entrée est libre et les musiciens joueront tant qu'ils en ont envie, laissant la place à l'improvisation.

Le premier album de Berney, «Rêveries» en 1998, avec Malcolm Braff au piano, Patrice Moret à la contrebasse et Matthieu Michel au bugle avait plu à Emilien Tolck. «Il m'a appelé et nous nous sommes rencontrés à de nombreux concerts», se souvient le batteur. Emilien Tolck a fréquenté le Conservatoire de Montreux en même temps que Fabien Sevilla. Le trio était réuni. Parmi les batteurs, Stéphane Berney apprécie particulièrement le Norvégien Jon Christensen, du trio de Bobo Stenson, ou encore Paul Motian. Au Soleil ou dans son salon, une musique délicatement mordorée pour des couleurs au coeur. / JLW

Saignelégier, café du Soleil, samedi 23 décembre dès 18h30