Réservé aux abonnés

Ce que cachait le sourire du clown

En retraçant la genèse de l’ennemi No 1 de Batman, le cinéaste Todd Phillips réussit un grand film politique.
09 oct. 2019, 00:01
DATA_ART_13119681

Lion d’or surprise à Venise, premier festival de l’histoire à primer un blockbuster issu de la culture américaine des superhéros, «Joker» retrace avec brio l’éclosion de la méchanceté mortifère du futur ennemi juré de Batman. Réalisé par Todd Phillips, qui s’était jusque-là plutôt illustré dans la comédie trashy, ainsi qu’en atteste sa trilogie «Very Bad Trip», enterrement d’une vie de garçon tournant au cauchemar, son dixième long-métrage déjoue de façon assez sidérante les clichés inhérents au genre et à sa kyrielle épuisante de suites, reboot et spin-off.

En premier lieu, Phillips a eu la b...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois