Revue de presse: coronavirus, Suisse-UE et Patrouille des Glaciers… les titres de ce dimanche

Le coronavirus fait encore les titres de la presse dominicale. Les relations de la Suisse avec l’Union européenne (UE) et la Patrouille des Glaciers sont aussi des thèmes abordés.
26 sept. 2021, 09:41
/ Màj. le 26 sept. 2021 à 09:42
La presse dominicale revient sur quelques-uns des principaux sujets de ces derniers jours.

Vers des actes violents?

Une petite partie des personnes opposées aux restrictions mises en place pour lutter contre le coronavirus commence à se radicaliser et est prête à des actes de violence, alerte dans Le Matin Dimanche André Duvillard, le délégué du Réseau national de sécurité (RNS). Il pointe les dernières manifestations à Berne, lors desquelles des couteaux et des tournevis ont notamment été saisis. Ces manifestants sont des «extrémistes monothématiques», explique le spécialiste de la lutte contre la radicalisation. Ni d’extrême gauche ni d’extrême droite, ils sont «prêts à devenir violents par rapport à une cause très particulière, qui est celle du Covid-19», ajoute-t-il. «C’est une nouvelle forme d’extrémisme que l’on voit apparaître sur le plan international». Il dit n’avoir pas souvenir d’une telle concentration de manifestations en Suisse. L’expert appelle à être attentif à la situation ces prochaines semaines, notamment avant le vote de novembre sur la loi Covid.

Pour la gratuité des tests

Des politiciens des Verts, du PS et de l’UDC veulent forcer le Conseil fédéral à maintenir la gratuité des tests contre le coronavirus, assure la SonntagsZeitung. Ils prévoient de faire passer la semaine prochaine une initiative parlementaire allant dans ce sens en procédure d’urgence dans les deux Chambres fédérales. L’exécutif fédéral doit décider vendredi si et à partir de quand les tests requis pour le certificat Covid seront payants. Le chef du groupe parlementaire UDC, Thomas Aeschi, voulait initialement convoquer une session extraordinaire dédiée aux coûts des tests, mais il y a renoncé, précise le journal. Les Chambres y consacreront néanmoins un débat urgent la semaine prochaine.

Vers une troisième injection

Les cantons se préparent à une troisième injection de vaccin contre Covid-19 appelée dose de rappel, indique dans la NZZ am Sonntag Michael Jordi, le secrétaire général de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS). La priorité est donnée aux maisons de retraite. Christian Streit, directeur de SeneSuisse, l’association à laquelle sont affiliées 400 maisons de retraite, soutient la vaccination de rappel. La troisième injection contre le coronavirus «doit être administrée en temps utile et pas seulement en hiver, lorsque la grippe est à nouveau un sujet d’actualité», explique-t-il. La vaccination de rappel n’est actuellement autorisée en Suisse que pour les personnes immunodéprimées. Les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) montrent que le nombre de personnes de plus de 80 ans admises à l’hôpital en lien avec le Covid-19 a augmenté ces dernières semaines.

Accès aux tests salivaires facilité

L’accès aux tests salivaires groupés sera facilité à partir de la mi-octobre, ce qui les rendra plus rentables, indique le SonntagsBlick. La plateforme «Together We Test» du groupe de cliniques Hirslanden organise, sur mandat de la Confédération, des tests PCR groupés gratuits pour les écoles, les entreprises et les établissements de santé dans tout le pays. Pour les particuliers, les tests sont payants, mais sont environ cinq fois moins chers que les tests PCR individuels, qui coûtent au minimum 160 francs, explique dans le journal Gieri Cathomas, directeur de «Together We Test». Les échantillons individuels pourront être déposés dans les pharmacies, chez le médecin ou auprès de l’organisation pour les soins à domicile Spitex. Ils seront envoyés aux laboratoires qui coopèrent avec la plateforme.

Pour des produits médicaux reconnus

La Suisse a saisi le comité mixte après la fin de la reconnaissance par l’Union européenne (UE) des produits médicaux suisses, indique le Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO) à la SonntagsZeitung. L’objectif est que l’UE continue à reconnaître la plupart des certificats de ces produits. Le SECO s’appuie sur les avis d’experts de l’association Medtech Europe qui qualifient d’illégale la procédure de Bruxelles pour saisir l’instance d’arbitrage. Selon l’expertise juridique, la décision européenne viole le droit européen, le droit de l’OMC et l’accord spécifique sur les obstacles techniques au commerce dans le secteur des techniques médicales. Si la Suisse obtient gain de cause, cela pourrait avoir des répercussions sur les menaces de l’UE de ne pas mettre à jour d’autres accords bilatéraux, tant qu’il n’y a pas d’accord-cadre avec la Suisse.

Daniel Jolliet avait tenté une alerte

L’ex-commandant de la Patrouille des Glaciers Daniel Jolliet avait vainement tenté d’alerter ses supérieurs sur le rôle problématique de l’association privée (ASPdG), qui gérait le sponsoring et le marketing de la course de ski-alpinisme, affirme Le Matin Dimanche. Une note confidentielle de novembre 2020 relève que M. Jolliet avait conditionné son engagement en 2018 à de nombreuses réformes, soulignant alors que l’ASPdG était source de tension depuis 2010. Il exigeait que les finances d’inscription, d’un montant de près de 2 millions de francs, soient directement reversées à l’armée pour un meilleur contrôle. Il dénonçait en outre le fait que l’association «surfacture systématiquement de 25% à l’armée ses prestations réalisées pour la course». Le colonel Daniel Jolliet, qui a demandé son changement d’affectation, a été remplacé cet été à la tête de la Patrouille des Glaciers par le colonel d’Etat-major général Roger Schwery. La prochaine course doit se dérouler du 25 avril au 2 mai 2022. Entretemps les structures et la direction de la manifestation ont été modifiées.

Des aides publiques réclamées

Economiesuisse et Swissholdings réclament des aides publiques et des subventions pour compenser la hausse des taxes provoquée par la probable adoption de l’impôt minimal mondial de 15% pour les multinationales, rapporte la SonntagsZeitung. Cent trente pays se sont ralliés au projet en juillet. Avec une «imposition minimale des bénéfices des entreprises», l’avantage fiscal de la Suisse sera partiellement ou totalement supprimé, écrivent les deux organisations économiques dans un document transmis au Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI). C’est une «tentative insupportable de faire échec à une fiscalité plus équitable», s’emporte dans le journal Roger Nordmann, le chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales. Les subventions de l’Etat aux entreprises faisant des bénéfices sont à proscrire, ajoute-t-il.

Des demandeurs d’asile envoyés vers le Bélarus

Malgré la suspension des vols vers le Bélarus, la Suisse a renvoyé des demandeurs d’asile vers ce pays sur un vol spécial, affirme la NZZ am Sonntag. La mesure ne s’applique pas à de tels vols d’Etat, a répondu au journal un porte-parole du Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM). Le SEM n’a pas révélé combien de personnes avaient été expulsées, mais a fait savoir que leurs procédures étaient définitivement closes. L’avion de l’armée, dont la photographie a été partagée sur Twitter, avait décollé de Dübendorf (ZH) mercredi et s’était rendu à Minsk via Genève et Vilnius, avant de revenir en Suisse. Des personnes ont débarqué à Vilnius et à Minsk, a ajouté le porte-parole. Les vols en direction du Bélarus ont été suspendus suite au déroutement en mai par Minsk d’un avion de ligne européen. Deux passagers, le journaliste dissident bélarusse Roman Protassevitch et son amie russe, avaient été arrêtés.

Texte ici