Les deux procureurs expliquent leur démarche

03 août 2015, 08:50
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39

Au lendemain de l'acquittement du banquier Oskar Holenweger par le Tribunal pénal fédéral (TPF), les deux procureurs de la Confédération qui ont soutenu l'accusation ont justifié leur démarche. Dans une prise de position adressée hier à la presse, les deux hommes expliquent avoir pris acte, avec «une grande déception mais aussi une grande surprise», de la décision jeudi des juges de Bellinzone de totalement innocenter Oskar Holenweger. Ils réfutent en particulier le reproche selon lequel ils ont pris de manière légère la décision de poursuivre l'ex-banquier zurichois.

Depuis jeudi en effet, les critiques à l'encontre du Ministère public de la Confédération (MPC) sont très vives. Plusieurs politiciens de différents bords estiment que ce jugement constitue un nouveau fiasco pour l'institution. Cela pourrait compromettre la réélection cet été par les Chambres fédérales du procureur général Erwin Beyeler et de ses deux suppléants.

Lienhard Ochsner et Stefan Lenz demeurent pour leur part convaincus que leur plainte contre le banquier était «importante et juste». Ils rejettent également les critiques sur l'engagement de José Manuel Ramos par le MPC, qualifié d'illégal par le TPF. La problématique de l'engagement de ce baron de la drogue comme informateur était connue aussi bien de l'ancien Office des juges d'instruction fédéraux que du MPC et n'a d'aucune manière influencé la suite de la procédure, écrivent les deux procureurs.

Ces derniers ont relevé une série de problèmes mais ont expressément nié tout rôle «d'agent provocateur» de la part de Ramos. Pour ce faire, ils ont pu se baser sur l'ensemble du dossier, contrairement à la Cour du TPF qui a estimé que Ramos avait été plus qu'un informateur en incitant l'ex- banquier à commettre un acte illégal. ats