Bétail: les Etats ne veulent pas d'une subvention pour les vaches qui gardent leurs cornes

30 millions de francs. C'est le montant prévu par l'initiative "Pour la dignité des animaux de rente agricoles" pour encourager les éleveurs à ne pas couper les cornes de leurs vaches. Le Conseil des Etats n'en veut pas, principalement pour des raisons de sécurité.
21 sept. 2017, 12:44
/ Màj. le 21 sept. 2017 à 13:01
Les vaches sont écornées pour leur propre sécurité et celles de leurs congénères.

Il n'est pas nécessaire de soutenir par des subventions les éleveurs qui ont du bétail à cornes. Se ralliant à la position du gouvernement, le Conseil des Etats a rejeté jeudi l'initiative populaire "Pour la dignité des animaux de rente agricoles".

Après un débat empreint d'émotion, les sénateurs ont fini par refuser le texte par 28 voix contre 8 et 8 abstentions, sans y opposer de contre-projet. Ecorner les animaux vise à leur éviter des blessures et des souffrances inutiles, ont-ils rappelé. Et ces nouveaux paiements directs, estimés à environ 30 millions de francs, seraient à compenser ailleurs dans le budget alloué à l'agriculture.

Citant des statistiques autrichiennes, Peter Hegglin (PDC/ZG) a souligné que 10% des accidents agricoles sont dus aux cornes des animaux. En outre, pour la majorité, soutenir la détention de vaches à cornes risquerait de favoriser la stabulation entravée afin de prévenir les blessures, ce qui réduirait le bien-être animal.

 

 

Signification des cornes

Le risque est bien moindre que ne le suggère M. Hegglin, a rétorqué Daniel Jositsch (PS/ZH), car seuls 3% des accidents sont considérés comme graves. D'après le Zurichois, l'atteinte au bien-être de l'animal est bien plus grande que le risque de blessure que l'on cherche à réduire. Et l'initiative n'impose pas l'interdiction d'écorner, les agriculteurs resteraient donc libres de choisir.