La Groove Session va mettre le feu samedi à Neuchâtel

Evénement phare de la scène mondiale, la Groove Session aura lieu ce samedi à Neuchâtel. Pour la première fois, l’événement est précédé par diverses animations gratuites à Marin-Centre.
21 nov. 2019, 15:44
/ Màj. le 21 nov. 2019 à 19:40
Spectacle garanti samedi soir à Neuchâtel.

De la musique qui joue fort, des lumières qui subliment la virtuosité des mouvements et des corps qui tourbillonnent au sol ou dans les airs en se jouant de la pesanteur qui devient soudain illusoire.

Evénement incontournable de la scène mondiale du breakdance, la quatrième édition de la Groove Session se déroulera ce samedi dès 19h30 dans les locaux du Centre de vie, à Neuchâtel (entrée payante).

Binômes tirés au sort

Le plateau final réunira 32 danseurs, dont une moitié d’invités. Parmi eux, une panoplie de stars internationales – comme la Japonaise Ami, le Canadien Fleau, l’Américaine Thesis ou le Russe Jamal – et un élève de l’école Groove: le jeune Mateo Prinz (13 ans), alias Lotus, domicilié à Prêles (BE), qui avait créé la sensation l’an dernier en s’imposant au côté de l’Américain Stripes. Composés d’un adulte et d’un enfant, les seize binômes seront tirés au sort pour assurer l’égalité des chances.

72 millions de vues sur le net

«Pour nous, le nom du vainqueur importe peu. Notre objectif est de créer du lien entre les cultures et les générations, et d’offrir à ces danseurs la possibilité de vivre cette expérience Groove Session», lance Artur Libanio, à la tête d’un événement qui a déjà cumulé plus de 72 millions de vues sur internet depuis sa création en 2016.

Le niveau des jeunes était déjà hallucinant il y a trois ou quatre ans. Mais aujourd’hui, ça a littéralement explosé.
Artur Libanio, organisateur de la Groove Session

«Le trophée, c’est une bague pour chacun des danseurs», relance le boss. Pour symboliser le côté éphémère et parfois aléatoire d’une telle victoire d’équipe, «le mot ‘winner’ (gagnant) n’est lisible que si les deux bagues sont mises côte à côte. Cela rappelle que le duo s’est imposé ce jour-là, avec les juges, le public et les conditions du moment.»

Culture hip-hop

Pour la première fois, les organisateurs ont fait précéder la Groove Session d’une série d’animations gratuites, organisées à Marin-Centre «pour promouvoir la culture hip-hop sous toutes ses facettes». Un atelier graffitis avec huit artistes mercredi (l’exposition est visible jusqu’à la fin de la semaine), suivie ce jeudi d’une présentation de l’école Groove, avec des démonstrations et une centaine de gamins s’exprimant librement sur la scène en présence d’un DJ.

Le groupe des «rookies» de l’école Groove en pleine action ce jeudi à Marin-Centre. Photo: Christian Galley

«Exhibition de folie»

Et ce vendredi, dès 17h, «une exhibition de folie», s’enflamme Artur Libanio, en annonçant la présence du Japonais Tsukki et du Péruvien Alexis, «deux petits qui affolent les réseaux en ce moment. C’est le plus haut niveau mondial, adultes compris. Et ils n’ont que 12 ans et des visages d’anges… Le niveau des jeunes était déjà hallucinant il y a trois ou quatre ans. Mais aujourd’hui, ça a littéralement explosé. Moi-même, parfois, je n’y crois pas!»

Qualifications samedi à Marin

Autre nouveauté: les qualifications de la Groove Session auront également lieu à Marin-Centre, ce samedi de 13h à 16h30. Plusieurs dizaines de prétendants tenteront de décrocher l’une des seize places disponibles pour le «main event» du soir.

par Patrick Turuvani