Réservé aux abonnés

Ils veulent faire de la gelyelle une star neuchâteloise de la biodiversité

Crustacé invisible à l’œil nu, la gelyelle est une espèce endémique des gorges de l’Areuse. Elle témoigne de la qualité de nos eaux. Faites connaissance avec celle qui mériterait de devenir l’égérie des manifs pour le climat!
25 juin 2021, 17:50 / Màj. le 25 juin 2021 à 20:20
Pascal Moeschler, Frédéric Cuche et Jean-Bernard Vermot veulent révolutionner notre bestiaire collectif en faisant connaître la gelyelle.

«La gelyelle doit entrer parmi les bio-indicateurs culturels qui permettront de construire l’avenir écologique de la planète!»

Découvreur de ce crustacé – car c’est un crustacé –, Pascal Moeschler n’y va pas par quatre chemins: pour lui, la gelyelle est une vraie star de la biodiversité et de sa protection, comme le mignon panda du WWF.

Mignonne, la gelyelle (ou gelyella monardi, de son scientifique nom) ne l’est pas vraiment, avec ses trois paires de pattes, ses antennes et ses mandibules...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois