Soudan: le premier ministre renversé ramené chez lui

Retenu par l’armée depuis le coup d’Etat survenu au Soudan, le premier ministre soudanais Abdallah Hamdok a été libéré. Les appels se sont multipliés dans le monde pour demander sa libération.
26 oct. 2021, 21:56
/ Màj. le 26 oct. 2021 à 22:09
Pour le second jour consécutif, des milliers de Soudanais ont manifesté contre l’armée à Khartoum, bloquant les rues avec des pierres, des branchages et des pneus brûlés.

Le premier ministre soudanais limogé Abdallah Hamdok, a été ramené chez lui mardi soir, après avoir été retenu par l’armée depuis le coup d’Etat, a indiqué à l’AFP un responsable militaire.

A lire aussi: Coup d’Etat dénoncé au Soudan: plusieurs dirigeants arrêtés, accès à l’Internet coupé

«Le premier ministre Abdallah Hamdok a été raccompagné chez lui» à Khartoum et «des mesures de sécurité ont été prises dans le périmètre de son domicile», a affirmé sous couvert d’anonymat ce responsable, refusant de préciser si M. Hamdok était assigné à résidence.

Tensions et manifestations

Depuis mardi matin, les appels se multiplient dans le monde pour demander sa libération.

Les forces de sécurité ont tiré mardi des gaz lacrymogènes contre des manifestants bloquant les routes dans la capitale Khartoum pour protester contre le coup d’Etat mené par le chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhane.

Pour le second jour consécutif, des milliers de Soudanais ont manifesté contre l’armée à Khartoum, bloquant les rues du centre-ville avec des pierres, des branchages et des pneus brûlés, tandis que les forces de sécurité ont été déployées avec leurs blindés sur les ponts et grands axes.



En soirée, les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes contre les manifestants pour dégager un important axe routier, selon des témoins. Mais les protestataires ont continué à le bloquer.

Lundi, quatre manifestants ont été tués par des tirs de l’armée selon un syndicat de médecins pro-démocratie, et 80 blessés.

Dans ce contexte explosif, les vols vers et depuis l’aéroport de Khartoum ont été suspendus jusqu’à samedi.