Proche-Orient: plus de 70 morts dans les affrontements entre Israël et le Hamas

Depuis lundi, les affrontements armés entre le Hamas et Israël ont fait plus de 70 morts. Ce mercredi, le conflit ne donne aucun signe d’apaisement et fait craindre une guerre à grande échelle.
12 mai 2021, 21:46
/ Màj. le 12 mai 2021 à 21:46
Les violences font suite aux troubles du week-end sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré du judaïsme, à Jérusalem-Est.

Plus de 1000 roquettes tirées vers Israël, des frappes continues sur la bande de Gaza et plus de 70 morts depuis lundi: l’affrontement armé entre le Hamas et l’Etat hébreu ne donnait mercredi aucun signe d’apaisement et fait craindre une «guerre à grande échelle».

A Gaza, 65 personnes sont mortes dans des frappes israéliennes, dont seize enfants et plusieurs commandants du Hamas. Il y a également eu trois morts en Cisjordanie dans des incidents distincts avec l’armée.

A lire aussi : Escalade meurtrière entre le Hamas et Israël sur fond de heurts

L’aviation israélienne a aussi pulvérisé une tour de plus de dix étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne Al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas. «En représailles au raid sur la tour Al-Shorouk et à la mort d’un groupe de dirigeants», le Hamas a lancé mercredi soir 130 roquettes vers Israël dont plusieurs ont été interceptées par le bouclier antimissile «Dôme de Fer».

Plus tôt dans la journée, il avait affirmé avoir tiré quinze roquettes en direction de la ville israélienne de Dimona, où se trouve un réacteur nucléaire. L’installation est cependant considérée comme bien protégée.

 

 

L’armée israélienne a de son côté fait état de «plus de 1000 roquettes» lancées par différents groupes armés vers l’Etat hébreu depuis lundi. Les violences font suite aux troubles du week-end sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam et site le plus sacré du judaïsme, à Jérusalem-Est.

Israël et le Hamas se dirigent vers une «guerre à grande échelle» qui serait «dévastatrice», a averti mardi l’émissaire de l’ONU Tor Wennesland.