Afrique du Sud: Pretoria va évacuer jusqu'à 500 rhinocéros du parc Kruger

Afin de les soustraire au braconnage, des centaines de rhinocéros vont être évacués du célèbre parc Kruger, frontalier du Mozambique, pour être déplacés vers d'autres parcs. Depuis début 2014, 370 rhinocéros ont été massacrés dans cette réserve.
07 août 2015, 14:04
/ Màj. le 20 oct. 2015 à 10:39
epa02354960 (4/14) A white rhino and her calf on a game farm in the Waterberg district, some 350km north-west of Johannesburg, South Africa, 08 September 2010. Over the past two years, after three decades of painstaking work to rebuild the country's rhino population from a few hundred in the 1950s to around 21,000, black and white rhinos are severely under threat by a spike in poaching driven by demand in Asia for rhino horn. From a few dozen rhinos poached each year in the early 2000s, the numbers have escalated to 122 in 2009 and over 200 so far in 2010. Kruger National Park, the country's biggest tourist destination, has been worst-hit, but as the park boosts its patrols, poachers are now seeking other, softer targets. Between 18 and 19 September 2010, five rhinos were found with their horns sawn off in Pilanesberg National Park.  EPA/JON HRUSA

L'Afrique du Sud va évacuer plusieurs centaines de rhinocéros du célèbre parc Kruger, frontalier du Mozambique, a annoncé la ministre de l'Environnement Edna Molewa. Cette mesure vise à les soustraire au braconnage qui décime l'espèce depuis plusieurs années.

Il s'agit de capturer et d'envoyer des centaines de bêtes vers d'autres réserves du pays ou à l'étranger. "Nous pourrons en déplacer jusqu'à 500", a précisé Sam Ferreira, scientifique attaché aux parcs nationaux sud-africains, en conférence de presse.

Lors du dernier recensement, en 2013, la population des rhinocéros dans le parc Kruger était estimée entre 8400 et 9600 individus. Sur les six premiers mois de l'année 2014, 558 de ces pachydermes ont été tués en Afrique du Sud, dont 370 dans ce parc.

Marché noir asiatique

Le braconnage a explosé à la fin des années 2000, lorsque la demande pour la corne de rhinocéros a brutalement explosé, essentiellement au Vietnam et en Chine.

La corne se vend à prix d'or sur le marché noir de la médecine asiatique, où on lui prête différentes vertus, jamais démontrées par la science.

Jusqu'à présent, l'Afrique du Sud avait déployé des moyens militaires dans le parc pour tenter de dissuader les braconniers, qui viennent essentiellement du Mozambique. L'ampleur du massacre a poussé le gouvernement à envisager d'autres moyens.