Zurich-Lugano: Adria toujours cloué au sol, reprise des vols Swiss attendue samedi

Les vols entre Zurich et Lugano devraient reprendre samedi, selon Swiss. Adria Airways, qui opère pour le compte de la compagnie à croix blanche, a été mise à pied mardi.
26 sept. 2019, 15:13
La mise à pied d'Adria touche 870 clients de Swiss.

Mise à pied depuis mardi, au bord de l’asphyxie financière, Adria Airways, qui opère pour le compte de Swiss la liaison Zurich-Lugano, espère reprendre ses opérations samedi. La compagnie slovène s’est vu intimer un délai serré pour présenter un plan financier, sans quoi sa licence pourrait lui être retirée.

 

A lire aussi : Suspension des vols d’Adria Airways: les liaisons entre Zurich et Lugano affectées

 

«Selon nos informations, les vols devraient reprendre dès samedi», a confié jeudi à AWP une porte-parole de la compagnie à croix blanche. Depuis la première annonce de suspension «provisoire», le trou d’air de trésorerie d’Adria porte à 870 le nombre de passagers Swiss touchés par les 32 vols annulés.

La filiale de l’allemand Lufthansa n’a cependant pas jugé nécessaire de prendre des dispositions supplémentaires en vue d’un ultérieur prolongement de la mise à pied de son partenaire. «Des discussions ont lieu, mais pour l’instant, nous nous en tenons aux mesures actuelles (transfert à Zurich en train ou réacheminement via l’aéroport milanais de Malpensa, ndlr), en attendant la confirmation d’Adria», a assuré la responsable de Swiss.

 

 

De son côté, le transporteur basé à Ljubljana – qui a suspendu toutes ses opérations hormis la desserte de Francfort – indique sur son site «être toujours activement en discussion avec de potentiels repreneurs et les principaux créanciers» et garde l’espoir de «trouver une solution positive pour tous».

Adria Airways s’est par ailleurs vu enjoindre par le régulateur slovène (CAA) de présenter d’ici mercredi 2 octobre un plan financier afin de maintenir sa licence d’exploitation.

Cité par l’agence Reuters, le directeur du CAA Rok Marolt a affirmé que la compagnie avait besoin d’une injection de capital de «plusieurs dizaines de millions d’euros» et que sa licence lui serait retirée «sans autre forme de débat» si le plan requis n’était pas présenté dans les délais.

Les premiers deux jours de grounding se sont soldés par l’annulation de 158 vols, affectant plus de 3700 passagers, dont 400 de Swiss.