Zurich: 4 ans et demi de prison pour avoir poussé une femme sous un train

Ivre et sous l'influence de la drogue, un homme pousse une femme sous un train, à Zurich, au cours d'une altercation. Les faits remontent à 2015, mais la justice zurichoise a condamné mercredi cet Allemand de 33 ans à 4 ans et demi de prison. Sa victime a survécu, mais elle a eu le bras arraché.

18 janv. 2017, 21:53
Le procureur réclamait 8 ans de prison. Mais les juges ont trouvé des circonstances atténuantes à l'accusé (illustration).

Un homme de 33 ans écope de 4 ans et demi de prison pour avoir poussé une femme sous un train en gare de Zurich en décembre 2015. Le tribunal de district de Zurich l'a reconnu coupable mercredi de tentative de meurtre par dol éventuel avec excès de légitime défense.

La femme se trouvait sur le quai lorsque le prévenu, un Allemand, s'est approché d'elle. Une dispute a alors éclaté entre eux. Il l'a violemment poussée vers contre une rame RER qui partait. La malheureuse a chuté entre le quai et le train. Son bras a été sectionné.

La Cour n'a pas suivi le Ministère public qui réclamait une peine privative de liberté de huit ans. La défense avait demandé l'acquittement, car l'homme n'était alors pas responsable de ses actes en raison de son état. Ou comme alternative une peine limitée à deux ans.

Le tribunal a tenu compte, comme circonstance atténuante, du fait que l'homme était sous l'emprise de l'alcool et de la drogue. Il avait une alcoolémie de 2,6 pour mille et avait consommé deux ou trois lignes de cocaïne et du cannabis. De plus, il était en état de légitime défense, a plaidé son avocat, car la femme l'a menacé de le frapper.

Le condamné devra verser à la victime des dommages et intérêts de 120'000 francs et s'acquitter des frais de justice et des frais d'avocat de la victime.

Deuxième cas en une semaine

C'est la deuxième fois en une semaine qu'un tribunal zurichois se penche sur un tel cas. Mercredi dernier, le tribunal de district d'Affoltern a reconnu un homme coupable de tentative de meurtre pour avoir poussé un octogénaire contre un train. Ce dernier avait été grièvement blessé.

Souffrant de problèmes psychiques, le prévenu n'a pas été jugé responsable de ses actes et a été interné dans une clinique psychiatrique.