Zermatt: pas de détention provisoire pour les restaurateurs frondeurs

Les trois exploitants de la Walliserkanne de Zermatt ne passeront pas un mois en détention provisoire comme le demandait le Ministère public. Malgré le non-respect des mesures anti-Covid, il n’y a pas matière pour les laisser en prison, estime le Tribunal des mesures de contraintes.
04 nov. 2021, 10:56
Les patrons de la Walliserkanne de Zermatt ne resteront pas en détention provisoire.

Le Tribunal des mesures de contraintes refuse la demande du Ministère public valaisan de mettre en détention provisoire les trois restaurateurs de Zermatt qui ont été arrêtés après avoir ouvert leur établissement malgré l’ordre de fermeture reçue.

Pour rappel, la police cantonale avait arrêté dimanche dernier les trois exploitants de la Walliserkanne de Zermatt. Refusant de contrôler le certificat Covid de leurs clients, ils avaient été informés deux jours auparavant de la décision prise par le Conseil d’Etat de fermer leur établissement.

Dans un communiqué diffusé jeudi, le Tribunal des mesures de contraintes estime que s’il y a bien eu violation de la loi, il n’y a pas de motif spécial exigeant une détention provisoire. Rien n'indique, par exemple, que la vie de tierces personnes puissent être mises en danger par les restaurateurs.

Le Ministère public a renoncé à recourir contre cette décision.

par Jean-Yves Gabbud