Violence domestique: le financement des séjours en maisons d’accueil pour femmes sera amélioré

Le financement des séjours dans les maisons d’accueil pour femmes sera amélioré, suite à une décision de la Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales. Il s’agit d’un signal en vue de réduire la violence domestique.

29 nov. 2019, 16:08
La CDAS s'est prononcée en faveur d'une amélioration du financement des séjours dans les maisons d'accueil pour femmes. (illustration)

La Conférence des directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) a envoyé vendredi un signal en vue de réduire la violence domestique et la violence à l’égard des femmes: elle s’est prononcée en faveur d’une amélioration du financement des séjours dans les maisons d’accueil pour femmes.

Lorsqu’une personne doit chercher refuge dans une maison d’accueil pour femmes, les premiers temps de son séjour sont financés de manière relativement simple par le biais de l’aide dite immédiate. Dans la plupart des cantons, celle-ci était jusqu’ici limitée à 21 jours. Ce type de financement à bas seuil sera désormais étendu à 35 jours, a indiqué la CDAS dans un communiqué.

Plus de ressources et de temps

«Cette mesure permettra de décharger les maisons d’accueil pour femmes du travail administratif nécessaire pour demander un financement à plus long terme par l’aide aux victimes. Davantage de ressources et de temps pourront ainsi être consacrés à la stabilisation et au rétablissement des victimes et à la recherche de solutions viables pour la suite», affirment les directeurs cantonaux des affaires sociales.

L’objectif est aussi d’éviter que l’aide sociale doive prendre en charge le reste du séjour ou que des femmes interrompent ce dernier en raison d’incertitudes de financement et retombent dans une situation de violence, ajoutent-ils. Une recommandation globale de la CDAS à l’intention des cantons sur le financement des refuges sera publiée à la fin de l’an prochain.