Vers une armée plus respectueuse de l’environnement

Une motion de Céline Vara (Vert-e-s/NE) demande que l’armée suisse protège davantage l’environnement sur ses sites militaires. Le texte a été adopté contre l’avis de l’UDC.

22 sept. 2022, 09:02
Le DDPS avec ses 4000 hectares et 7000 bâtiments peut contribuer à la protection de la biodiversité. (illustration)

L’armée devra réduire son impact sur la biodiversité. Le National a transmis jeudi au Conseil fédéral une motion de Céline Vara (Vert-e-s/NE) qui cible les pesticides, la faune et la pollution lumineuse. Le texte a été adopté par 136 voix contre 50 contre l’avis de l’UDC.

Pour la sénatrice neuchâteloise, la pollution lumineuse, les pesticides de synthèse et le manque de corridors reliant les espaces verts contribuent à réduire la biodiversité. Le DDPS avec ses 4000 hectares et 7000 bâtiments peut contribuer à la protection de la biodiversité.

A lire aussi: Biodiversité: le Parlement prend des dispositions pour une meilleure protection

Concrètement, le texte demande la suppression à court terme des pesticides de synthèse sur toutes les surfaces exploitées par le DDPS, la mise en place de corridors faunistiques sur les parcelles appartenant à l’armée lorsque c’est possible, ainsi que la suppression de la pollution lumineuse là où il n’est pas nécessaire d’avoir un éclairage la nuit.

Ces trois objectifs devront être inclus dans le plan d’action biodiversité actuellement en cours d’élaboration. Cet engagement ne devra pas se faire au détriment de la mission principale de l’armée, a indiqué pour la commission Fabien Fivaz (Vert-e-s/NE).

Le Département fédéral de la Défense (DDPS) a déjà pris des mesures depuis 20 ans pour protéger l’environnement sur les sites militaires, a rappelé sa cheffe Viola Amherd. Les mesures proposées vont dans le même sens, mais seront réalisées dans les limites de coûts/bénéfice raisonnables.

par Keystone - ATS