Vaud s'apprête à sévir contre les casseurs

20 sept. 2007, 12:00

Le jeune âge des casseurs qui ont sévi mardi soir à Lausanne après la manifestation anti-Blocher inquiète les autorités. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a annoncé un durcissement du ton et la mise sur pied d'Etats généraux pour lutter contre la violence des jeunes.

«Je ne veux plus que des jeunes se voient le week-end dans le but de casser du flic», a déclaré hier la cheffe du Département de la sécurité. Et d'ajouter: «Ces comportements ne seront plus tolérés dans le canton de Vaud.».

Jacqueline de Quattro a annoncé la tenue d'Etats généraux en collaboration avec le tribunal des mineurs, des éducateurs et tous les intervenants concernés. Ces Etats généraux serviront à analyser cette montée de la violence et à trouver des solutions. Les responsables politiques et opérationnels des polices vaudoise et lausannoise ont pour leur part tiré un bilan positif de la réaction policière aux échauffourées à l'issue de la manifestation organisée contre Christoph Blocher. «Il y a eu le dialogue, la dissuasion puis la fermeté», a résumé Marc Vuilleumier, municipal lausannois de la police.

La police est intervenue avec des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes pour disperser les émeutiers avant qu'ils n'atteignent le centre-ville. Huit personnes ont été interpellées, dont trois mineurs. Tous proviennent de la région lausannoise.

Marc Vuilleumier, qui avait demandé à Christoph Blocher de ne pas se rendre au Comptoir pour éviter des troubles, a nié toute responsabilité dans les échauffourées: «Je déplore ce qui s'est passé, mais je ne suis pas responsable des débordements.» A contrario, l'UDC porte-t-elle une part de responsabilité? «Elle a été un regrettable détonateur», a déclaré Jacqueline de Quattro. / ats