Une initiative veut bannir la construction des minarets

Le peuple se prononcera sur la construction des minarets. Une initiative populaire fédérale prônant leur interdiction sera lancée le 1er mai. L'UDC s'apprête à la soutenir. L'UDC va jouer sur l'air du «péril islamique» pendant toute la campagne électorale. L'occasion lui en est donnée par le lancement d'une initiative populaire fédérale pour interdire la construction de minarets en Suisse. La récolte des signatures débutera le 1er mai.

26 avr. 2007, 12:00

Formellement, c'est un comité ad hoc présidé par le conseiller national Ulrich Schlüer (UDC/ZH) qui se trouve derrière ce projet, mais il ne fait aucun doute que le parti va s'y rallier. Le sujet est à l'ordre du jour de l'assemblée des délégués du 30 juin. L'initiative suscite aussi l'intérêt de l'Union démocratique fédérale, un petit parti conservateur qui a deux élus à Berne.

Il y a déjà longtemps que l'UDC a placé la question des minarets dans son collimateur. Mais jusqu'à présent, toutes ses tentatives de traiter la question au niveau cantonal ou communal se sont heurtées à un mur juridique, à savoir l'article 15 de la Constitution fédérale, qui garantit la liberté de conscience et de croyance.

Voilà pourquoi le comité d'initiative veut compléter cet article par une phrase: «La construction de minarets est interdite».

«Nous n'avons rien contre les lieux de prière musulmans, qui resteront garantis par la Constitution, affirme Ulrich Schlüer. Par contre, on ne peut pas réduire les minarets à leur dimension architecturale. Ils constituent une expression de pouvoir politico-religieux qui révèle une volonté d'expansion dangereuse pour la paix confessionnelle». Et d'invoquer un autre article constitutionnel, l'article 72, qui permet à la Confédération et aux cantons de prendre des mesures propres à maintenir la paix entre les membres des différentes communautés religieuses.

Ulrich Schlüer est persuadé que les chrétiens de base se montreront réceptifs à son argumentation. Le sujet est effectivement sensible pour l'opinion publique. Un sondage du «Matin», publié en septembre 2006, révélait que 43% des Romands seraient contre l'édification des minarets. Beaucoup ne savent pas qu'il en existe déjà à Genève et Zurich. Ce sont des minarets silencieux. Aucun muezzin n'appelle à la prière.

Avec plus de 300 000 fidèles, l'islam est la seconde religion de Suisse après le christianisme. Il y a actuellement 4,26% de musulmans en Suisse, alors qu'ils ne constituaient que 0,26% de la population en 1970. Cette hausse est une conséquence de l'immigration turque et kosovare. / CIM