Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Un rapport de l'ONU accablant pour Israël

Il existe des preuves tangibles que des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité ont été commis par Israël lors de son offensive militaire à Gaza, en janvier. La commission d'enquête de l'ONU dirigée par Richard Goldstone a rendu hier un rapport accablant.

16 sept. 2009, 11:41

Le rapport affirme qu'il y a aussi des preuves que les groupes palestiniens armés ont commis des crimes de guerre, ainsi que vraisemblablement des crimes contre l'humanité, en lançant de manière répétée des missiles et des mortiers dans le sud d'Israël.

Israël a imposé un blocus de la bande de Gaza qui équivaut à une mesure de punition collective et pratique une politique d'isolement systématique du territoire palestinien, affirme le rapport de 574 pages.

L'armée israélienne a fait un usage délibéré et disproportionné de la force, ajoute la mission du juge Goldstone. Le principe fondamental de distinction entre objectifs civils et militaires n'a pas été respecté par l'Etat hébreu. Plus de 1400 personnes ont été tuées pendant l'offensive du 27 décembre 2008 au 19 janvier 2009.

Le rapport, publié à Genève et New York simultanément, recommande que le Conseil de sécurité de l'ONU nomme un groupe d'experts indépendants. Si, d'ici six mois, ce groupe constate qu'Israël n'a pas enquêté de manière adéquate sur les violations commises à Gaza et poursuivi leurs responsables, le Conseil de sécurité devra saisir de la situation à Gaza le procureur de la Cour pénale internationale (CPI).

«La politique d'Israël qui prive les Palestiniens de la bande de Gaza de leurs moyens de subsistance, de leurs emplois, de leur logement, de l'accès à l'eau, qui nie leur liberté de mouvement et le droit à entrer et à sortir librement de leur pays peut conduire un tribunal compétent à estimer que le crime de persécution, qui est un crime contre l'humanité, a été commis», affirme le rapport.

«La mission est arrivée à la conclusion que des actes assimilables à des crimes de guerre et peut-être par certains aspects à des crimes contre l'humanité ont été commis par les Forces israéliennes de défense», a déclaré Richard Goldstone à la presse.

L'Etat hébreu ne s'est pas entouré «des précautions nécessaires requises par le droit international humanitaire pour limiter les pertes en vies humaines, les blessures occasionnées aux civils et les dommages matériels», précise le rapport.

Il cite notamment les tirs d'obus au phosphore blanc sur les installations de l'UNRWA (Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens), «la frappe intentionnelle sur l'hôpital Al-Qods à l'aide d'obus explosifs et au phosphore», «l'attaque contre l'hôpital Al-Wafa», ainsi que contre une mosquée au moment de la prière, autant de «violations du droit international humanitaire», «sans raisons militaires justifiées».

Dans une première réaction, le porte-parole du Ministère israélien des affaires étrangères a répété que son pays rejette le rapport Goldstone parce que son mandat est unilatéral et partial. Malgré ces réserves, il a affirmé qu'«Israël s'engage à agir pleinement en accord avec le droit international et à examiner toutes les allégations de mauvaise conduite de ses forces». /ats-afp

Votre publicité ici avec IMPACT_medias