Réservé aux abonnés

Un mouvement devenu repoussoir

Le Nomes fête ses vingt ans ce samedi, mais les europhiles se font discrets ces dernières années.

04 mai 2018, 00:01
DATA_ART_12122519

Le Nouveau mouvement européen suisse (Nomes) fête ses vingt ans demain, à Berne, dans une certaine indifférence. Cela est à l’image de la décrépitude du rêve d’adhésion à l’UE, qui s’est envolé dans les incessantes querelles de couple entre Bruxelles et la Confédération.

Le Nomes est né en 1998 de la fusion de plusieurs mouvements europhiles qui s’étaient unis derrière le lancement de l’initiative populaire «Oui à l’Europe». Son net rejet par le peuple en 2001 (77%), puis l’abandon en 2006 par le Conseil fédéral de l’adhésion à l’UE comme objectif stratégique ont contribué à mettre le mouvement...