Réservé aux abonnés

Un cadeau pour l'AVS dont Berne préfère se passer

Selon Eveline Widmer-Schlumpf, taxer les héritiers n'est pas le bon moyen pour financer le premier pilier.

22 avr. 2015, 00:01
data_art_9051731.jpg

Philippe Castella

Difficile de renoncer à un coup de pouce à l'heure où les finances de l'AVS sont dans une situation de plus en plus délicate. "Deux milliards, ce n'est pas rien", reconnaît Eveline Widmer-Schlumpf.

La ministre des Finances fait néanmoins la fine bouche et recommande le rejet de l'initiative populaire de la gauche, qui veut un impôt fédéral sur les successions en vue de financer l'assurance vieillesse. Elle lançait, hier, la campagne en vue de la votation fédérale du 14 juin, en compagnie du président de la Conférence des directeurs cantonaux des Finances, Peter Hegglin.

Pou...