Un bambin se noie dans une piscine privée à Fully

Un drame s'est produit à Fully jeudi en fin de journée. Un enfant de 2 ans a perdu la vie dans une piscine privée. Son frère de 7 ans, grièvement blessé, a dû être transporté par hélicoptère au CHUV, à Lausanne.

17 août 2012, 15:30
Les deux enfants sont tombés dans une piscine après avoir franchi une barrière de sécurité.

Un drame s’est produit jeudi en fin de journée à Fully/Saxé. Un enfant en bas âge s’est noyé dans une piscine privée, information confirmée par la police cantonale. Un deuxième enfant a dû être transporté par hélicoptère au CHUV, à Lausanne.

Les deux enfants sont tombés dans une piscine après avoir franchi une barrière de sécurité. Un garçon de 2 ans est décédé à l'hôpital, son frère de 7 ans est grièvement blessé.

Les deux enfants ont joué sur la terrasse située devant leur maison. Leur maman s'est absentée un court instant afin de se rendre dans l'habitation. A son retour, elle a constaté que la porte de la barrière de sécurité séparant la piscine de la terrasse avait été ouverte et a constaté avec effroi que ses deux enfants étaient tombés dans la piscine. Elle a immédiatement plongé et les a retirés de l'eau. Ils avaient perdu connaissance.

Les deux victimes ont été héliportées à l'hôpital de Sion. Le garçon de 2 ans y est décédé en soirée. Grièvement blessé, son frère de 7 ans a été transféré au CHUV.

Émotion à Fully

Le président de la commune de Fully nous a fait part de sa profonde émotion suite à ce drame. «Cette tragédie qui touche de plein fouet une famille installée depuis longtemps à Fully ne laisse évidemment personne indifférent. C’est un drame épouvantable qui nous choque tous beaucoup, d’autant plus qu’il concerne de jeunes enfants», a ainsi réagi Edouard Fellay, résumant le sentiment général qui prévaut dans la population fulliéraine.

Un par année, en moyenne

De telles noyades d'enfants dans des piscines privées ne sont pas fréquentes, surtout en Suisse romande. Selon un décompte de l'ats, une dizaine de ce genre d'accidents aux suites fatales ont eu lieu ces dix dernières années en Suisse, tous dans la partie alémanique. Dans la plupart des cas, le manque de vigilance des parents est en cause.

C'est cependant dans les bassins publics que surviennent la majorité des noyades d'enfants. Dernière en date, en mars dernier, une fillette de trois ans avait coulé dans la piscine couverte de Glattbrugg (AG). Elle était accompagnée de son père.

En Suisse romande, il faut remonter à 2002 pour trouver un décès d'enfant par noyade, selon les données de l'ats. C'était déjà en Valais, une enfant de six ans s'étant noyée à la piscine municipale de Verbier. Deux ans plus tôt, un écolier turc de neuf ans, arrivé en Suisse depuis peu avec ses parents, s'était noyé sous 90 cm d'eau au terme d'une leçon de natation. Il ne savait apparemment pas nager.

Cette année, la jeune victime de Fully est déjà le troisième enfant, sur 23 personnes au total, à perdre la vie noyé, selon les dernières statistiques de la Société suisse de sauvetage. L'an passé, 40 individus avaient péri dans les eaux helvétiques, dont quatre enfants.

Vulnérables

Les enfants âgés de neuf ans et moins sont particulièrement vulnérables, d'après le Bureau de prévention des accidents (bpa). En effet, "même si un enfant sait nager, il peut perdre le sens de l'orientation sous l'eau et paniquer", expliquait il y a peu le bpa. La noyade est la deuxième cause de mortalité accidentelle chez les enfants, juste après la route.

Le bpa rappelle régulièrement les six règles élémentaires de la baignade, à commencer par ne pas laisser les enfants sans surveillance. Particulièrement en cette période caniculaire, il ne faut en outre jamais sauter à l'eau en ayant trop chaud ou l'estomac vide ou plein. Alcool et drogues sont à bannir.

On ne doit pas se baigner dans des eaux inconnues ni parcourir seul une longue distance à la nage. Matelas pneumatiques et autres aides n'offrent, par ailleurs, aucune sécurité en eau profonde.

Développement suit.