Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Ukraine: 11 civils tués par une roquette tombée sur leur bus, dans l'est séparatiste du pays

11 civils ont été tués mardi par un obus tombés sur leur bus. Le tir visait un barrage de l'armée ukrainienne dans l'est du pays, dominé par les séparatistes pro-russes.

13 janv. 2015, 20:09
Au moins 6 femmes et 4 hommes, tous civils, ont perdu la vie dans ce bombardement.

Onze civils ont été tués mardi dans l'Est séparatiste pro-russe de l'Ukraine après qu'un bus a été frappé par une attaque visant un barrage de l'armée ukrainienne, a dit le chef de la police locale pro-Kiev Viatcheslav Abroskine. L'explosion a eu lieu près de la localité Bougas, à 35 km au sud de Donetsk.

Le bilan s'est alourdi dans la soirée à onze tués, une femme étant décédée de ses blessures à l'hôpital, selon l'administration régionale de Donetsk. Auparavant "six femmes et quatre hommes" avaient été tués, a dit à l'AFP un porte-parole de l'armée ukrainienne Viatcheslav Seleznev. Treize civils ont été blessés, a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, l'armée avait fait état dans un communiqué de six tués et 13 blessés. "Un barrage de l'armée a été cyniquement visé vers 14h30 (13h30 en Suisse) par les rebelles tirant au lance-roquettes multiple Grad", selon ce communiqué.

Plusieurs femmes
La route a été par la suite fermée par les autorités ukrainiennes, a-t-il également précisé.

La fusillade est intervenue à un barrage de l'armée ukrainienne sur la route stratégique qui relie le bastion séparatiste de Donetsk et Marioupol, sur les bords de la mer d'Azov, dernière grande ville de l'Est sous contrôle des autorités ukrainiennes.

Les tirs des rebelles au lance-roquettes multiple Grad visaient ce check-point de Bougas, à 35 km au sud de Donetsk, mais ont touché un bus, a souligné un porte-parole de l'armée ukrainienne Vladislav Seleznev.

Dizaines de tirs au total
Le parquet pro-Kiev de la région de Donetsk a lui indiqué que "plus de 40 roquettes Grad ont été tirées, dont plusieurs ont frappé le bus".

Selon l'armée ukrainienne, les rebelles ont tiré depuis Dokoutchaïevsk, à 15 km au nord-est du barrage visé.

Des commandants de la rébellion ont rejeté toute responsabilité dans l'attaque et affirmé que le car avait été touché à un de leurs propres barrages.

Violences meurtrières
Des photographies montrent la carrosserie du car criblée d'impacts, de même qu'une partie de ses sièges.

Ce bilan s'ajoute à celui d'un soldat et trois civils tués communiqué dans la matinée par l'armée et la mairie de Donetsk.

Ces tirs portent un nouveau coup aux efforts menés pour tenter de trouver une solution au conflit qui a fait 4700 tués depuis avril. Et ils sont intervenus alors que le sommet à quatre auquel devaient participer jeudi au Kazakhstan le président russe Vladimir Poutine, son homologue ukrainien Petro Porochenko de même que le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel a été repoussé.

Après une relative accalmie depuis la trêve conclue le 9 décembre, l'Est séparatiste prorusse de l'Ukraine a renoué avec les violences meurtrières à la fin de la semaine dernière, alors que les efforts pour relancer le processus de paix sont dans l'impasse.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias