Trafic ferroviaire: un plan B pour pallier la suppression d’un TGV entre Lausanne et Paris

Dès décembre 2019, le nombre de départs TGV pour Paris depuis Lausanne via Vallorbe sera réduit à trois. Pour y pallier, un nouveau train entre Vallorbe et Dole (France) permettra d’assurer des correspondances. Un rétablissement de la 4e liaison via le Jura ne pourra être rétablie qu'en cas de hausse de la demande.

25 nov. 2019, 17:09
Pour la présidente du Conseil d'Etat vaudois Nuria Gorrite, à droite, cette liaison internationale est "stratégique".

Un nouveau train interrégional reliera Vallorbe et Dole permettant ensuite de rejoindre la capitale française. Cette offre-pilote survient après la décision de supprimer une des liaisons TGV Lausanne-Paris via Vallorbe et la mobilisation des régions concernées.

La nouvelle avait fortement déplu dans le canton de Vaud et en Région Bourgogne-Franche-Comté. Lyria annonçait en janvier dernier une refonte de son plan de transport et dans ce cadre, la suppression d’une des quatre liaisons entre Lausanne à Paris, passant par Vallorbe (VD) et la Bourgogne-Franche-Comté.

Convention signée

Ce lundi, SNCF, CFF, Région Bourgogne-Franche-Comté et Conseil d’Etat vaudois ont invité la presse pour annoncer qu’un nouveau pas avait été réalisé dans ce dossier, «fruit d’un compromis». Une convention vient d’être signée «pour développer l’axe international à travers le Jura».

Concrètement, dès le 16 décembre, les deux opérateurs ferroviaires financeront pendant deux ans, à titre expérimental, la mise en ligne d’un nouveau train entre Vallorbe et Dole. Quittant Vallorbe quelques minutes après 05h00, ce convoi doit permettre par les correspondances d’arriver à Paris à 08h38. Un retour dans l’après-midi est également prévu.

Oeuvrer en commun

«Nous avons matérialisé notre volonté d’oeuvrer en commun pour cette liaison internationale stratégique», s’est réjouie Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois au côté de Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Nous avons matérialisé notre volonté d’oeuvrer en commun pour cette liaison internationale stratégique.
Nuria Gorrite, présidente du Conseil d’Etat vaudois

Certes, la quatrième liaison entre Lausanne et Paris, via le Jura, n’est pas rétablie. Mais la SNCF et les CFF ont accepté que «le rétablissement de cette desserte ne soit pas exclu», a poursuivi cette dernière. Les opérateurs affirment que le retour de cette liaison avec des TGV à deux étages est envisageable «dès lors qu’une demande croissante sur le marché le justifiera».

Pour rappel, Lyria a décidé de supprimer une de ces quatre liaisons mais développe l’offre Paris-Lausanne via Genève sans changement à Genève. Soit, au final, six allers-retours Paris-Lausanne au lieu de cinq aujourd’hui et des capacités plus élevées.

Reste que pour Nuria Gorrite, une desserte ferroviaire, ce n’est pas uniquement les destinations mais aussi les territoires traversés. Ces communes ont aussi un rôle économique et en ne les desservant pas ou plus, on génère un sentiment d’abandon de la communauté, a-t-elle souligné.