Taxe sur les billets d’avion: «les Suisses vont se rendre dans des aéroports étrangers»

Prendre l’avion pourrait bientôt coûter 30 à 120 francs plus cher. La taxe, acceptée par les Etats mercredi, ne fait néanmoins pas l’unanimité. Pour les opposants, elle nuirait au climat et inciterait les passagers suisses à décoller depuis des aéroports de pays voisins.
26 sept. 2019, 10:41
A l'image de Milan Malpensa, des aéroports situés dans des villes voisines sont déjà beaucoup utilisés par les Suisses. (Illustration)

Voyager en avion pourrait coûter plus cher à l’avenir. Le Conseil des Etats s’est prononcé mercredi en faveur d’une taxe d’incitation sur les billets d’avion. Comprise entre 30 et 120 francs, elle serait différenciée selon la classe et la distance parcourue.

Pour ses défenseurs, l’avion est trop bon marché actuellement. Une telle taxe réduirait le nombre de passagers dans les vols européens en classe économique, a expliqué Damian Müller (PLR/LU), rapporteur de la commission préparatoire, au Temps. Les voyageurs se tourneraient alors vers des moyens de transport comme les trains.

Vers les aéroports étrangers

Mais les opposants ne sont pas du même avis. Selon eux, une hausse des prix pourrait nuire au climat, car les Suisses continueraient quand même à prendre l’avion.

La taxe sur les billets d’avion ne contribuera pas à la protection du climat.
Thomas Hurter, conseiller national UDC

«La taxe sur les billets d’avion ne contribuera pas à la protection du climat», déclare Thomas Hurter (UDC/ZH) au 20 minuten. «Les passagers suisses prendraient alors l’avion depuis des villes comme Milan, Vienne ou Munich où la taxe est beaucoup moins élevée.»

Karin Müller, porte-parole de la compagnie aérienne Swiss interrogée par 24 heures, craint aussi une réorientation du trafic vers l’étranger. 

par Andy Maître