Revue de presse: une méthode pour savoir si quelqu’un est pédophile, une app entre la crèche et les parents, un cartel de la construction aux Grisons,… les titres de ce dimanche

L’élection et la composition du Conseil fédéral, le cartel de la construction aux Grisons et un procédé pour détecter les pédophiles sont quelques-uns des thèmes abordés ce dimanche dans la presse suisse. Voici un florilège de ces informations, non confirmées à l’agence de presse Keystone-ATS.

01 déc. 2019, 08:24
On fait pour vous le tour des principales nouvelles dévoilées par les journaux dominicaux.

 

Un Vert sous la coupole est la «seule chance de survie du PDC au Conseil fédéral»

LE MATIN DIMANCHE: Le président du parti socialiste plaide pour l’élection d’un Vert au Conseil fédéral le 11 décembre prochain. Dans un entretien avec le Matin Dimanche, Christian Levrat prévient le PDC qu’élire Regula Rytz à la place d’Ignazio Cassis est sa «seule chance de survie au Conseil fédéral». Le PDC a pourtant fait savoir qu’il ne voterait pas pour un Vert. Cette stratégie est «un suicide politique», estime Christian Levrat. «En considérant que la stabilité de la formule magique prime sur tout, comme l’avancent le PLR et l’UDC, ils sont en train de condamner leur unique siège pour 2023. Car les Verts resteront devant», précise-t-il.

Le Fribourgeois défend une interprétation non mathématique de la formule magique qui veut que les grandes formations soient toutes représentées au gouvernement. «Mais surtout, je ne comprends pas pourquoi l’UDC et le PLR devraient garder une majorité au Conseil fédéral, qu’ils n’ont plus au parlement», ajoute-t-il.

 

«Un Conseil fédéral à neuf membres? Je n’y crois pas»

SONNTAGSBLICK: Le président de l’UDC Albert Rösti rejette l’idée du président du PDC Gerhad Pfister de mener une discussion avec tous les partis au sujet de la future composition du gouvernement. «Je ne crois pas que les partis trouveront une meilleure solution pour le moment», relève M. Rösti dans une interview publiée dans le SonntagsBlick. M. Pfister a proposé cette rencontre entre les partis pour discuter du futur de la formule magique après que les Verts ont revendiqué un siège au Conseil fédéral suite à leur percée lors des dernières élections.

M. Rösti critique l’attaque des Verts contre le siège tessinois: «L’attaque contre la Suisse italienne est incompréhensible. La représentation régionale est inscrite dans la constitution». Il rejette également l’élargissement du Conseil fédéral à neuf membres: «Je n’y crois pas. Cela ne ferait que gonfler inutilement l’administration», note-t-il.

M. Rösti a réitéré son auto-critique après les pertes enregistrées par son parti. «J’ai réagi trop tard à la thématique climatique», reconnaît-il. Et d’ajouter qu’il aurait dû s’opposer «au raid vert sur les porte-monnaie de la classe moyenne» au début de l’année déjà.

Pour les sièges perdus, il pointe également du doigt les sections vaudoise et fribourgeoise qui n’étaient pas tout à fait d’accord avec la politique climatique du parti ainsi que des dissensions internes à Bâle et Neuchâtel.

 

Cartel de la construction aux Grisons

NZZ AM SONNTAG: Le lanceur d’alerte qui a dénoncé le cartel de la construction aux Grisons veut attaquer en justice le canton car les autorités ne l’ont pas traité correctement. L’ancien entrepreneur Adam Quadroni veut intenter une action en responsabilité de l’Etat à l’encontre du canton, rapporte la NZZ am Sonntag. Il réclame des dommages et intérêts en raison d’une part d’interventions policières erronées. D’autre part, il a été boycotté en tant qu’entrepreneur après s’être retourné contre le cartel, ce qui a ruiné son entreprise.

Les avocats ne veulent pas seulement intenter une action contre le canton mais aussi contre plusieurs communes de Basse-Engadine. Ils se voient confortés dans leur choix par un rapport d’enquête publié la semaine dernière par la Commission parlementaire qui mène une investigation sur le sujet. L’affaire des ententes illicites en Basse-Engadine est le plus important cas de manipulation dans le secteur de la construction découvert en Suisse jusqu’ici. La COMCO leur a infligé des amendes pour près de 11 millions de francs.

 

Sauvetage du groupe sidérurgique Schmolz+Bickenbach

SONNTAGSZEITUNG/NZZ AM SONNTAG: L’investisseur russe Viktor Vekselberg a élaboré un nouveau plan pour sauver le groupe sidérurgique Schmolz+Bickenbach (S+B). Selon la Sonntagszeitung, il le présentera lundi à l’assemblée générale comme alternative à la recapitalisation prévue à hauteur de 325 millions de francs. Selon ce plan, la recapitalisation ne serait que de 200 millions si bien que le propriétaire d’Amag Martin Haefner ne serait qu’un actionnaire minoritaire, ce qu’il veut à tout prix éviter. Il a donc proposé à M. Vekselberg de racheter ses parts. Un problème avec ce scénario: les sanctions américaines contre le milliardaire russe pourraient empêcher un tel arrangement. Les deux parties cherchent une solution.

Dans un entretien avec la NZZ am Sonntag, M. Haefner s’est déclaré prêt à injecter des fonds maintenant mais aussi dans quelques années, par exemple pour permettre une reprise. S+B emploie quelque 10’000 personnes dans le monde et 800 en Suisse. Un porte-parole a déclaré au journal que l’entreprise disposait de suffisamment de liquidités jusqu’en janvier. Les salaires de décembre sont assurés.

 

Une méthode pour savoir si quelqu’un est pédophile

NZZ AM SONNTAG: Un psychiatre et professeur d’université bâlois prétend avoir mis au point une procédure qui lui permet de déterminer de façon fiable si une personne est pédophile. «Nous mesurons les ondes cérébrales des gens, en particulier les changements dans les ondes cérébrales lorsqu’ils sont exposés à des stimuli», explique Marc Graf, professeur de psychiatrie forensique dans un entretien avec la NZZ am Sonntag.

On montre notamment aux sujets des séries d’images au sein desquelles de plus courtes séquences comportant des stimuli érotiques ont été intégrées. Ces dernières induisent des pics d’activité cérébrale spécifiques chez les pédophiles. "Rien que sur la base de ces mesures, il est possible de déterminer avec une certitude de 80% à 90%, si les personnes examinées ont ou non des penchants pédosexuels, relève M. Graf. Ces résultats pourraient être utiles pour le diagnostic et le pronostic de ce type de délinquants.

 

Une app entre la crèche et les parents

LE MATIN DIMANCHE: Des crèches alémaniques communiquent en temps réel avec les parents sur le quotidien des enfants à l’aide d’une application. La tendance se prépare à gagner la Suisse romande rapporte le Matin Dimanche. L’application Nubana, en vente depuis avril, est déjà utilisée par des garderies dans les cantons de Zurich, Zoug et Argovie. Heures de sommeil, activités, contenu de l’assiette: ces informations sont entre autres consignées dans le «rapport quotidien», mis à jour trois fois par jour par les éducateurs grâce à une tablette.

L’application n’a pas de version francophone pour l’instant mais la fondatrice de la société projette d’en développer une. La société SAI ERP, basée à Martigny (VS) planche sur un outil similaire. Ces nouveaux développements sont accueillis avec scepticisme par les experts. «Ce genre de d’application génère plus de stress chez les parents auxquels on donne une illusion de contrôle», relève Claudia Mühlebach, présidente de Pro Enfance plateforme romande pour l’accueil de l’enfance. Elle ne nie toutefois pas les avantages administratifs apportés par ces outils.