Retour de voyage dans un pays à risque: la quarantaine bientôt réduite à 6-7 jours?

Les Suisses qui rentrent de voyage pourraient bientôt passer moins de temps en quarantaine s’ils présentent un test négatif au coronavirus. Le Conseil fédéral prendra une décision finale sur la question.
30 sept. 2020, 10:41
La task force a pris en compte les appels de l'économie et des voyagistes. (Illustration)

Les Suisses rentrant d’un pays à risque pourraient à l’avenir devoir passer six à sept jours en quarantaine, au lieu de dix actuellement. La task force fédérale discute d’un raccourcissement du délai. Le dernier mot reviendra au Conseil fédéral.

 

 

«Nous examinons cela sous l’angle scientifique», a déclaré l’épidémiologue Marcel Tanner mardi soir à la télévision alémanique SRF. La task force comprend les appels de l’économie et des voyagistes à une quarantaine raccourcie.

Pour pouvoir en bénéficier, les voyageurs devraient présenter un test négatif au coronavirus. Une étude de Sebastian Bonhoeffer, professeur à l’EPFZ et membre de la task force, est arrivée à la conclusion qu’il serait possible de combiner quarantaine raccourcie et test.

On pourrait aussi faire le test le sixième jour et voir s’il est négatif.
Marcel Tanner, épidémiologue

Selon M. Tanner, la «proposition concrète» sur la table est «qu’on peut raccourcir en toute sécurité la quarantaine si on effectue les tests nécessaires». Le délai devrait vraisemblablement passer à sept jours. «On pourrait aussi faire le test le sixième jour et voir s’il est négatif», a précisé l’épidémiologue.

La décision finale revient au Conseil fédéral. Le ministre des finances Ueli Maurer avait déclaré il y a deux semaines à la SRF qu’il s’attendait à ce que la quarantaine puisse être raccourcie pour les personnes revenant de pays à risque.

Une discussion similaire est en cours dans plusieurs pays, dont la France, l’Italie ou l’Allemagne. La quarantaine pourrait être réduite à sept, voire cinq jours.