Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Restaurants, soins infirmiers, école, bénévolat, que dit-on outre-Sarine?

Nous passons en revue la presse alémanique: quels sont les sujets qui font causer là-bas? Cette semaine, comme ailleurs, le coronavirus occupe presque toute l’actualité. Que ce soit en matière de déconfinement, de soins infirmiers, d’école ou de bénévolat.

05 mai 2020, 15:00
Les restaurants, comme ici à Genève, se préparent à rouvrir le lundi 11 mai.

Dans le «Blick»

Dis-moi ton nom et tu auras une bière!

L’ouverture des restaurants intervient près d’un mois plus tôt que prévu. Dès lundi prochain, les établissements seront à nouveau accessibles. Un maximum de quatre personnes pourront s’asseoir à une table. Les exceptions ne s’appliquent qu’aux familles avec enfants. Et il doit y avoir une distance de deux mètres entre les tables. Ces prescriptions ont été renforcées. Toute personne qui se rendra dans un restaurant ou un bar devra fournir ses nom, prénom et numéro de téléphone. C’est le concept de protection que l’association GastroSuisse a présenté ce mardi. Si une éruption de cas de Covid-19 se produit, il sera possible de réagir rapidement. L’objectif est d’empêcher une nouvelle propagation incontrôlée du virus.

Dans le «St. Galler Tagblatt»

Soins infirmiers: former davantage en Suisse

Yvonne Ribi est une femme très demandée. Elle est la directrice de l’Association professionnelle suisse des infirmières et infirmiers, responsable d’environ 25 000 membres. Avant la crise du Covid-19, leurs préoccupations n’avaient guère été entendues. Elle espère que cela va changer et voit la situation actuelle comme une opportunité pour l’avenir. Comme le besoin de soins augmente en raison de l’évolution démographique, une pénurie menace la Suisse. Le pays ne peut plus se reposer sur l’étranger. La tâche principale consiste à former davantage de professionnels en Suisse et à les maintenir dans la profession. 46% des soignants quittent la profession en raison d’un stress trop important et d’un salaire trop bas.

Dans la «Solothurner Zeitung»

Soleure: retour normal à l’école très critiqué

Dans le canton de Soleure, le concept mis en place pour la reprise de l’école fait l’objet de vives critiques. L’ouverture intégrale des écoles avec des classes entières est «incompréhensible» «et complètement ratée», selon un député démocrate-chrétien, ancien professeur. Il souhaite davantage de prudence. A l’exemple de Zurich, notamment, il aurait préféré que les leçons se tiennent avec des demi-classes. Le corps enseignant partage ce point de vue. Le Conseil d’Etat se défend. Les enfants ne jouent pas un grand rôle dans l’extension de la pandémie, dit-il. Le Grand Conseil ne pourra pas remettre en cause la stratégie du Conseil d’Etat. Le retour au fonctionnement normal de l’école primaire n’est pas à l’ordre du jour.

Dans la «Luzerner Zeitung»

Lucerne: une vague de solidarité pour aider à l’hôpital

A Lucerne, les chiffres donnent une idée de l’ampleur de la vague de solidarité: plus de 600 volontaires ont offert leur aide dans la crise du Covid-19 via la plateforme du canton. Pas moins de 1300 personnes se sont présentées à l’hôpital de Lucerne. «Nous avons été bouleversés par cette grande volonté d’aider», déclare Barbara Flubacher, responsable des ressources humaines. Tout le monde n’a pas été mis à contribution. Une soixantaine d’assistants extérieurs ont été recrutés, principalement des personnes ayant une formation médicale. Parmi eux, une experte qualifiée en soins intensifs, qui gère un restaurant avec son mari depuis plusieurs années. Comme celle-ci a dû fermer son établissement, elle aide au service de soins intensifs.

L’info solidaire par l’équipe d’«ArcInfo»
Dans la situation sanitaire hors normes que nous vivons, la rédaction d’«ArcInfo» est mobilisée afin d’accompagner ses lecteurs avec une information précise et fiable. Notre journalisme, professionnel et indépendant, ne bénéficie d’aucune subvention. Nous avons cependant choisi de proposer en libre accès une grande partie de nos contenus touchant aux aspects essentiels et vitaux de cette crise. Plus que jamais en cette période inédite, l’information a une valeur. Elle est produite par nos journalistes et nos photographes avec passion et engagement. Si vous souhaitez nous soutenir, vous trouverez plus d’informations sur nos abonnements en cliquant ici.
Votre publicité ici avec IMPACT_medias