Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Réapprendre le geste qui sauve

Un Suisse sur quatre doit, une fois dans sa vie, faire face à un cas d'urgence médicale. Beaucoup font des erreurs. Les samaritains s'en inquiètent.

14 avr. 2012, 00:01
data_art_5930447

Observer, réfléchir, agir. Résumée par la formule O-R-A, cette règle d'or est enseignée à chaque élève conducteur dans le cadre des cours de sauveteur, qui sont obligatoires en Suisse depuis 1977 pour l'obtention du permis. Cette formation de base n'est de loin pas inutile, puisqu'un Suisse sur quatre doit, une fois dans sa vie, venir en aide à une personne en détresse. Mais le moment venu, beaucoup ne savent plus comment s'y prendre, surtout si leur cours de sauveteur remonte à plus de vingt ans.

"L'état des connaissances des personnes qui doivent apporter leur aide est alarmant", relève une enquête téléphonique menée en février par l'Alliance suisse des samaritains (ASS) et la Bâloise assurances. Sur les 1500 réponses obtenues dans toute la Suisse, une personne sur quatre a déjà été amenée à devoir apporter les premiers secours. Outre les accidents de la circulation (26%), l'éventail des situations d'urgence comprend aussi...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias